Cantique de l'Olivier Franc
Bible et +
L
L
L
L
L
L
L
L
L
L
Dérives
L
L
L
L
L
L
L
L
L
L
L

Cantique de l'Olivier Franc

.Histoire, Présent et Avenir du  Peuple de Dieu.

  

Méditations page 2

La prière !


L’équipe de Cantique de L'Olivier Franc


Constatation d’une réalité commune à de nombreux croyants


Nos éventuelles difficultés à prier, nous démontrent que la prière est une pratique spirituelle, dont on doit apprendre, comprendre et accepter la pluralité des nuances. Elle commence en premier lieu par l'étude des textes qui en parlent (les psaumes) puis par l’expérimentation personnelle des prières quotidiennes.


Ce qu’il faut savoir sur la prière :

Cinq psaumes sont nommés explicitement "prière" (Psaumes 17, 86, 90, 102, 142).

La foi et la prière sont intimement liées. Il faut savoir, croire et espérer que Dieu va intervenir pour lui adresser une requête acceptable par Dieu.  

Jacques 5:15  la prière de la foi sauvera le malade et le Seigneur le relèvera et s’il a commis des péchés il lui sera pardonné.


La prière dans ses différentes formes, se nomme globalement « tef-il-law » (Isaïe 1 : 15),


Les noms et formes des différents aspects de la prière 


La prière est appelée par 10 noms différents qui ont chacun une caractéristique particulière.

tekh-in-naw   (1 Rois 8:28)  qui comporte la supplication.

shav-aw        (Exode, 2 : 23)  qui comporte le cri au secours.

neh-aw-kaw  (Exode, 2 : 24)  qui comporte le soupir et le gémissement.

rin-naw        (Jérémie 7 : 16) qui comporte la supplication bruyante.

paw-gah       (Jérémie 7 : 16) attitude, de faire une instance, s'interposer frapper, intercéder.

kaw-raw       (Psaume 18 : 7)  qui comporte l'appel.

naw-fal        (Deutéronome 9 : 18) qui comporte la chute et la prosternation suppliante.

paw-lal        (Psaume 106 : 30) qui comporte l'action de faire justice, intervenir, s'interposer.

khaw-nan     (Deutéronome 3 : 23) l'imploration. Moïse n'a utilisé que ce mode.


Nature de la prière :

La prière est basée sur le fait : Qu'il y a une communication entre Dieu et le prieur.  (Contrairement aux idoles, Psaume 115 : 3-7) nous sommes faits à l'image de Dieu et à sa ressemblance (Genèse 1 : 26)

- Que Dieu est la base de notre existence, et de notre soutien dans la vie elle-même.

- Qu’Il répond à nos besoins, Il est notre lumière, notre force, et notre salut (psaumes 27 et 62).

Salomon dit : I Rois 8 : 28 Toutefois, Eternel, mon Dieu, sois attentif à la prière (tef-il-law )de ton serviteur et à sa supplication (tekh-in-naw') ; écoute le cri (rin-naw') et la prière (tef-il-law')que t'adresse aujourd'hui ton serviteur.


Il y a donc deux composantes :

L’orientation de l’homme vers Dieu sous ses diverses formes, et l’objet de la demande en lui-même.

D'une part, la prière est un état d’être du chrétien permanent, dans une présence continuelle de Dieu dans sa vie, d'autre part, il y a des moments particuliers de prière, des moments mis a part dans la journée, à l'instar de Daniel (Daniel 6 : 11) le matin à l'aube, l'après-midi, le soir.


La prière est un face à face réciproque


- De la part de Dieu : Isaïe 49 : 16, Voici, je t'ai gravée sur mes mains ; Tes murs sont toujours devant mes yeux.

- De la part de l'homme : Actes 2:25  Car David dit de lui : Je voyais constamment le Seigneur devant moi, Parce qu'il est à ma droite, afin que je ne sois point ébranlé.


Dans un mélange d’aspirations : Psaume 27 : 8 Mon coeur dit de ta part: Cherchez ma face !


En pratique :

Elle est considérée comme un "travail" laborieux et sérieux dont le lieu est le cœur.

L'exemple donné est celui d'une femme, Anne.  

I Samuel 1 : 13 à 15: Anne parlait dans son coeur, et ne faisait que remuer les lèvres, mais on n'entendait point sa voix. Eli pensa qu'elle était ivre, et il lui dit: Jusques à quand seras-tu dans l'ivresse ? Fais passer ton vin. Anne répondit : Non, mon seigneur, je suis une femme qui souffre en son coeur, et je n'ai bu ni vin ni boisson enivrante; mais je répandais mon âme devant l'Eternel.


Cette activité intérieure volontaire, est la condition de la valeur de la prière et de son écoute par Dieu (Psaume 10 : 17). Colossiens 4:2  Persévérez dans la prière, veillez-y avec actions de grâces.


En priant, il ne faudrait pas oublier de : 

- Remercier pour l'usage de tout bien car celui qui jouit des biens de la création sans remercier Dieu préalablement à la prière, manquerait de reconnaissance envers Dieu, et pratiquerait une sorte de vol de bénédictions, qui ne favoriserait en rien les éventuels exhaussements. 

- Se souvenir que lorsque toutes les portes sont fermées, les larmes ouvrent et devancent toutes les autres prières.. Avoir une confiance absolue. Psaumes 56:8  Tu comptes les pas de ma vie errante ; Recueille mes larmes dans ton outre : Ne sont-elles pas inscrites dans ton livre?

- Ne pas faire de demandes qui ne respectent pas la hiérarchie des valeurs (la prière est un jugement personnel, un discernement)

- Demander en premier lieu pour ses proches, et pour la collectivité ce dont on a soi-même besoin, est un préalable important pour que votre prière soit exhaussée. 

- Demander à Dieu directement et non à des intermédiaires. (Notre père Luc 11: 2  )

- Demander pour ceux qui sont dans le besoin, car celui qui ne le fait pas est un pécheur. 

Jacques 5:16  Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez  les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace.

- Examiner ses fautes, les regretter, et être décidé à modifier son comportement, avant même de présenter sa requête 


Il faut prier avec intention !

- Se placer en pensée face à la présence de Dieu.  
- Retirer de sa pensée toute autre préoccupation ou pensée.  
- Etre spirituellement présent aux sentiments portés par les mots. 
- Etre présent avec tout son être, non seulement la tête mais aussi le corps.  
- Concevoir la prière comme une action qui réalise.  
- Concevoir la prière comme une action qui améliore un état du monde visible et invisible. 


Isaïe 29 : 13 Le Seigneur dit : Quand ce peuple s'approche de moi, Il m'honore de la bouche et des lèvres ; Mais son coeur est éloigné de moi, Et la crainte qu'il a de moi N'est qu'un précepte de tradition humaine.


La prière exige donc

- De consacrer un moment de repos avant de commencer la prière pour rejoindre intérieurement un état disponibilité et de maintenir cette attitude réceptive pendant la prière.  
- De s'entraîner à la prière en ayant constamment la représentation intérieure de la présence de Dieu. 


Prier en groupe est une autre forme de prière, bénie par la présence de Dieu.


A Plusieurs personnes car … 

Psaume 82, 1 Psaume d'Asaph. Dieu se tient dans l'assemblée de Dieu.


En groupe de dix personnes : Nombre  cité dans la prière d'Abraham pour sauver Sodome. 

Genèse 18 : 32 Abraham dit : Que le Seigneur ne s'irrite point, et je ne parlerai plus que cette fois. Peut-être s'y trouvera-t-il dix justes. Et l'Eternel dit : Je ne la détruirai point, à cause de ces dix justes    .... 


En groupe de 2 ou 3  

Matthieu 18:20  Car là où deux ou trois  sont assemblés en mon nom,  je suis au milieu d'eux.


Priez sans cesse

  

LE NOTRE PERE


Extrait de- Source : ekladata.com


Yeshoua (Jésus) nous dit : Voici donc comment vous devez prier:

Matthieu 6 : 9 à13  Notre Père  qui es aux cieux. Que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ; pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés; ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin.


2 Chroniques 7:14  si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s'humilie, prie, et cherche ma face, et s'il se détourne de ses mauvaises voies, je l'exaucerai des cieux, je lui pardonnerai  son péché, et je guérirai son pays.


Il faut savoir qu'avec cette prière du « Notre Père » Yeshoua n'a absolument pas inventé une façon nouvelle de s'adresser à Dieu mais que cette prière nous rappelle dans une Divine et sublime simplicité, les plus profondes réalités spirituelles du peuple de Dieu. Elle est une véritable confession de foi en Dieu, une allégeance et une adhésion au plan de DIEU pour le salut de l'humanité.

Il ne s'agit donc pas d'une simple récitation à caractère magique, mais d'une confession de foi, de notre allégeance à YHWH créateur de l'univers, de l'amour partagé entre Dieu le Père et soi-même et de notre entière dépendance dans son Amour.


Il nous a semblé que de mieux connaître la profondeur et l'étendue scripturaire de cette prière, peut aider l'enfant de Dieu à lui redonner la place centrale qui relie Israël et la chrétienté.

Vous découvrirez que cette Prière est l'essence même de la Première et de la Nouvelle Alliance et le sublime résumé du Plan rédempteur de Dieu pour l'humanité.


1 - La structure

Avant de voir les sources juives du Notre Père, intéressons nous rapidement à la structure, à la forme de cette prière : Il en existe trois versions : deux accessibles dans l'évangile de Matthieu et Luc, une autre moins connue et pourtant au moins aussi ancienne dans la Didachè : comme cette dernière suit celle de Matthieu, on pense que le texte définitif était fixé dès les années 50-60.

Ce qui est à remarquer, c'est que ce texte est composé d'un nombre impair de versets (5 chez Luc, 7 chez Matthieu), dont le verset central est le don du pain. Cette écriture classique, dite de l'inclusion, consiste à mettre au centre l'élément principal et d'articuler autour des éléments qui se complètent symétriquement.

Ainsi, on trouve : Ton Nom opposé à Mal Ton Règne opposé à Tentation Ta Volonté opposé à Pardon.

 

2 - Les sources juives du Notre Père

Yeshoua (Jésus) n'à absolument rien changé aux écritures de l'Ancienne Alliance il les a simplement mais sublimement éclairés de la lumière du Saint-Esprit.

Derrière chaque invocation du « Notre Père », apparaissent des expressions de prières juives.

 

Essentiellement deux ouvrages sont cités : les « 18 bénédictions » et le « Qaddich ».


Notez que ces deux textes sont presque contemporains à la vie du Christ : leur rédaction fixée date de celle des évangiles.


Voici quelques-unes de ces expressions, dont on pourra mesurer la richesse.

« Ces formules anciennes nous invitent à découvrir et à goûter un sens nouveau de ces mots devenus trop communs »


Nous notons parfois une telle « christianisation » des prières juives, que des juifs eux-mêmes ne peuvent s'y retrouver.

En effet, la relation juive au père est différente de celle qu'on a en occident. Non pas tant que l'amour ne s'y trouve pas avec la même intensité, mais que la distance et le respect, ce qui est appelé « la crainte » risquent d'être souvent déformés, voire définitivement perdus.


Voyons d'où proviennent chaque déclaration du « Notre Père »


Notre Père qui es aux cieux


- Fais-nous revenir, notre Père, à ta Torah... (Rappel : Torah mot hébreux qui veut dire LOI) (5ème et 6ème bénédictions)


- Tu as eu pitié de nous, notre Père, notre Roi...


- Notre Père, Père de miséricorde, le Miséricordieux, aie pitié de nous ! (2ème prière avant le Chema Israël (profession de Foi) : "Ahavah rabbah").



- Que les prières et supplications de tout Israël soient accueillies par leur Père qui est aux cieux (Qaddish, prière de louange).


Citons encore deux autres prières anciennes où Dieu est invoqué comme Père d'Israël. Dans ces prières de la liturgie synagogale donc communautaire et non individuelle, Dieu est nommé "roi " et "père" :

Notre Père ! Notre Roi !

A cause de nos pères qui ont eu confiance en toi et à qui tu as enseigné les lois de la vie, aie pitié de nous et enseigne-nous. Notre Père ! Père de miséricorde, le Miséricordieux ! Aie pitié de nous ! (Prière Ahavah rabba, antérieure à l'époque du Christ.)

Notre Père ! Notre Roi ! Nous n'avons pas d'autre Roi que toi, notre Père, notre Roi, à cause de toi-même, aie pitié de nous. (Invocation de la litanie pour le Nouvel An, 1er siècle de l'ère chrétienne.)


Que ton Nom soit sanctifié

- Tu es Saint, et ton Nom est Saint, et les saints chaque jour te loueront. Béni es-tu, Seigneur, le Dieu Saint ! Nous sanctifierons ton Nom dans le monde, comme on le sanctifie dans les hauteurs célestes (3èmebénédiction).


- Que soit magnifié et sanctifié son Grand Nom dans le monde qu'il a créé selon sa volonté. (Qaddish).


Que ton Règne vienne


- Qu'il établisse son règne de votre vivant, et de vos jours et du vivant de toute la maison d'Israël, bientôt et dans un temps proche (Qaddish).


- De ton Lieu, notre Roi, resplendis et règne sur nous, car nous attendons que tu règnes à Sion (3ème bénédiction du Shabbat.).


- Rétablis nos Juges et règne sur nous, Toi seul Seigneur, avec amour et miséricorde... Béni es-tu, Seigneur, Roi, qui aime la justice et le droit (llème bénédiction).


Que ta Volonté soit faite sur la terre comme au Ciel


- Telle puisse être ta volonté, Seigneur... de guider nos pas en ta Torah et de nous attacher à tes commandements (Prière du matin).


Notre pain quotidien, donne-le nous aujourd'hui


- Tu nourris les vivants par amour, tu ressuscites les morts par grande miséricorde, tu soutiens ceux qui tombent, tu guéris les malades et délivres les captifs. Qui est comme toi, Maître des puissances ? (2ème bénédiction).


- Bénis pour nous, Seigneur notre Dieu, cette année et toutes ses récoltes, pour le bien. Rassasie-nous de ta bonté (9ème bénédiction).


Et remets-nous nos dettes comme nous avons remis à nos débiteurs


- Pardonne-nous, notre Père, car nous avons péché ; fais-nous grâce, notre Roi, car nous avons failli, car tu es celui qui fait grâce et pardonne. Béni es-tu, Seigneur, qui fais grâce et multiplie le pardon (6ème bénédiction).


- Pardonne-nous nos péchés comme nous les pardonnons à tous ceux qui nous on fait souffrir (Liturgie du Yom Kippour = le Grand Pardon).


Ne nous fais pas entrer en tentation


- Ne nous livre pas au pouvoir du péché, de la transgression, de la faute, de la tentation ni de la honte. Ne laisse pas dominer en nous le penchant du mal. (Prière du matin).


Délivre-nous du mal


Vois notre misère et mène notre combat. Délivre-nous sans tarder à cause de ton Nom, car tu es le Libérateur puissant. Béni es-tu, Seigneur, Libérateur d'Israël (7ème bénédiction).


Yeshoua ne nous dit autre chose, que de prier sans cesse avec les mêmes mots qu'Israël, mais sublimés par la concision du Notre Père

  

Quel type de relation Dieu a t-il instauré avec ses créatures ?

D'où la question

Pourquoi Dieu permet-il cela ?


Pierre Desbordes


(Pour mieux comprendre cette étude nous vous recommandons de lire Deutéronome 30 : 11 à 20)


Dieu dont le nom est YHWH a crée l'univers. Puis il a crée l'homme à son image, l'a aimé, éduqué par sa loi, et par Yeshoua Ha Mashiah (Jésus-Christ), l'a racheté, libéré du péché, et potentiellement sauvé !

Son Saint-Esprit agit continuellement, pour convaincre tous les hommes de péché, et pour les conduire vers la repentance et vers le Salut. C'est pourquoi nous pouvons affirmer que le Grand Dieu d'amour, Seigneur de l'univers a « tout accompli » en faisant les premiers pas d'Amour. Qu'il ne reste en sorte à l'homme qu'à recevoir sa bienveillance en le reconnaissant pleinement dans sa propre vie, comme Sauveur et Seigneur.

L'ultime alternative d'une vie d'homme est donc : « Être convaincu par le Saint-Esprit ou séduit par Satan ? » 


Mais plantons le décor de notre méditation


Avant toute création YHWH était Dieu, dans la plénitude de sa Tri-unité.


Dieu le père : Le TOUT-PUISSANT « je suis » plus exactement le « Je Serai qui je Serai » ou la plénitude omnipotente, et sans limite de la Divinité. 

Psaumes 90 verset 2 : Avant que les montagnes soient nées, et que tu aies crée la terre et le monde, d'éternité en éternité tu es Dieu.

Dieu le Fils : Le verbe de l'Eternel incarné ou la parole de Dieu créatrice, le Seigneur de la création !

Jean chapitre 1 versets 2 et 3 : Au commencement était la parole, et la parole était avec Dieu et la parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui  a été fait n'a  été fait sans elle.

Jean chap. 17 versets 4 et 5 : Je t'ai glorifié sur la terre, j'ai achevé l'œuvre que tu m'as donnée à faire. Et maintenant toi, Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j'avais auprès de toi avant que le monde soit.

Le Saint-Esprit de Dieu : Ou l'omniprésence personnelle et spirituelle de Dieu.

Genèse chapitre 1 verset 1 : Au commencement Dieu créa les cieux et la terre. La terre était informe et vide ; Il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme et l'Esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux.


Entrons maintenant dans les projets de Dieu avec la création


Dès que nous évoquons le mot de création, une question nous vient très naturellement à l'esprit : Pourquoi Dieu a t-il crée l'univers ?

La Bible nous dit que Dieu ne fait aucune action, ni ne prononce aucune parole, sans objectifs !


La réponse est évidente pour le Roi des rois : Parce que c'est son bon plaisir car Dieu est Seigneur ; mais également parce que Dieu a un objectif précis et parce que Dieu est AMOUR ! (1 jean 4 : 8) 


Nous pouvons donc affirmer que Dieu a crée l'univers spirituel et matériel, ainsi que ce qu'ils contiennent, pour exercer son insondable AMOUR envers autrui.


Première oeuvre


La première œuvre de Dieu, a été de créer ses serviteurs célestes, les Archanges, les Anges, et Séraphins.  Serviteurs célestes que Dieu, avait pourvu de la faculté, de se mouvoir, d'agir, d'effectuer une tâche, donc de réfléchir, ce qui implique par conséquent, de faire des choix.


Le décor céleste est maintenant planté


  1. Et voici l'origine du péché

    La première créature à entrer en opposition avec son propre créateur fut Lucifer. Il était l'un des grands archanges au service rapproché de Dieu avec Gabriel et Michel. Dieu l'avait conçu d'une beauté parfaite, d'une intelligence, et d'une puissance supérieure à tous les autres anges ou archanges du ciel. Il était un véritable ange de lumière crée, éduqué, et libre d'agir pour effectuer ses tâches, à l'égal de l'enfant d'un père aimant, qui laisse son fils faire ses propres expériences. La suite de l'histoire prouvera aisément cette affirmation sur des bases bibliques !

    Première approche : L'origine du péché est peut-être un miroir ?


    Avoir une haute opinion de soi-même, se donner des titres, dire de soi : « Je suis ceci ou cela »

    Matthieu 23 : 8 à 12 Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères. Et n'appelez personne sur la terre père, car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. Ne vous faites pas appeler directeurs, car un seul est votre Directeur, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Qui s'élèvera sera abaissé, et qui s'abaissera sera élevé.


    Un jour un sentiment nouveau germa dans l'esprit de Lucifer. (L'égocentrisme)  Il se trouva beau, superbement intelligent, et s'aperçut qu'il détenait d'immenses pouvoirs. Ce qui l'incita subrepticement à se mesurer, et à se comparer ; jusqu'à ce comparer avec son créateur.

    C'est ainsi que le péché naquit en lui, et avec le péché, l'esprit d'orgueil, celui de rébellion et celui de convoitise qui en sont les corollaires. 

    Avoir une trop haute opinion de soi-même, souhaiter être célèbre, se faire un nom, et dominer sur ses semblables, sont les fruits de l'esprit d'orgueil, desquels naissent le mépris, la haine, le meurtre.

    Avoir le désir immodéré pour le faste du pouvoir, et pour l'argent, sont les fruits de l'esprit de convoitise, avec ses corollaires que sont le despotisme, la débauche et malhonnêteté.


    Ce fût là l'origine de toute mauvaise action perpétrée sous le soleil et dans le monde spirituel !


    Lucifer a fait son choix, sans que personne ne l'y ait encouragé, parce que Dieu, qui est AMOUR, lui en avait donné la possibilité, ce qui implique que Lucifer avait son libre arbitre !

    Il a volontairement rejeté l'amour, la paix, la joie et la simplicité de cœur, pour embrasser la rébellion contre Dieu, et tenter de prendre la première place !

    Mais son coup d'état a échoué ! Ce qui lui valu d'être chassé du ciel de gloire et de la Sainte Présence de Dieu, en compagnie de tous les anges qui furent trouvés à son service et qui l'avaient suivi dans cette folle aventure.

    Mais chassé où… En enfer peut-être ? 


    Non pas encore !

    Cette définitive élimination ne lui sera réservée, qu'au jour du jugement dernier, après la grande victoire de l'amour sur la haine. (Apocalypse 20 : 10 à 15)

    Voici deux passages de la Bible qui évoquent bien cette révolte de Lucifer (Roi de Tyr) contre Dieu. (Ezéchiel 28 versets 12 à 18 et Esaïe 14 versets 12  à 15)

    En réalité, Lucifer (Satan) fut chassé dans les airs, et sur la terre où depuis lors il ne cesse, de tenter de détourner les hommes de l'amour de Dieu. C'est une grande erreur doctrinale que de penser que Satan réside en enfer !

    Pour s'en convaincre il suffit de lire la bible en Luc chapitre 4. Il fut chassé dans les airs et sur la terre. Il est le prince usurpateur de ce monde, le prince usurpateur de la puissance de l'air (Ephésiens 2:2). Satan aura même eu l'audace de tenter de séduire Jésus.

    Luc 4 : 5 à 7 Et (Satan) lui dit (à Jésus) Je te donnerai toute cette puissance et la gloire de ces royaumes car elle m'a été donnée et je la donne à qui je veux… 

    Satan tentait de faire chuter Jésus de la même façon dont il avait fait chuter nos grands-parents Adam et Eve, par le mensonge, en les incitant à désobéir à Dieu en mangeant de l'arbre de la connaissance du bien et du mal.


    Pour le Dieu TOUT PUISSANT, Il y avait pourtant un moyen fort simple de mettre un terme aux activités de Lucifer le grand Satan !


    Peut-être avez-vous imaginé, que vous trouvant à la place de Dieu, vous auriez simplement éliminé Satan, soit en le détruisant, soit en le mettant hors d'état de nuire une bonne fois pour toute.  C'est si facile, alors pourquoi s'en priver quand on est TOUT-PUISSANT… Pourquoi ne pas monter sa force n'est ce pas ?


    Voila une bonne question


    Pourquoi Dieu n'a pas agit ainsi ?  Pourquoi Dieu ne détruit-il pas Satan ?

    Si Dieu existait il n'y aurait pas tous ces malheurs dans le monde, disent les gens sans foi ni espérance !


    Pour comprendre pourquoi Dieu ne détruit pas Satan, il nous faut un peu plus de maturité spirituelle !


    N'oublions jamais, le point fondamental de la Bible qui est que Dieu est AMOUR !


    La bonne attitude pour comprendre, est de découvrir ce que produit l'Amour ?  

    L'amour désire toujours le bien, avant toute autre chose, il laisse toujours du temps pour l'éducation, pour l'instruction, pour l'expérience, pour l'exhortation et pour une éventuelle repentance. (1 Jean 4 : 8)

    Le grand principe à retenir de notre étude, serait que l'AMOUR insondable de Dieu, n'utilise jamais les mêmes procédés ou armes que la haine pour vaincre la haine !


    En effet, si Dieu gagnait cette bataille par la force de sa TOUTE-PUISSANCE, en réalité c'est Satan qui gagnerait son pari, en prouvant que les rapports entre individus ne peuvent se régler que par la violence.

    L'orgueil, et la haine de Satan sont entrés en guerre, contre l'AMOUR, la paix et la liberté de Dieu.

    Ce n'est pas cela qui changera, ni les desseins de Dieu, ni sa façon d'agir !

    La haine séduit, détruit, et viole l'esprit, mais l'amour ne cherche qu'à enseigner, à convaincre et guérir !


    Ces distinctions verbales font toute la différence !

    Satan est un séducteur : Il utilise le charme et le mensonge qui sont des arguments subjectifs !

    Le Saint-Esprit quant à lui, cherche patiemment à convaincre par l'enseignement ; Il n'utilise que des arguments objectifs, et vérifiables de la parole de Dieu ; ainsi que l'observation toute simple des splendeurs de la nature.

    Jean 16  verset 8 : Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement …

    Psaumes 25 versets 8 et 9 : L'Eternel est bon et droit : C'est pourquoi il montre aux pécheurs la voie. Il conduit les humbles dans la justice, il enseigne aux humbles sa voie…

    Psaumes 25 versets 12 et 13 : Quel est l'homme qui craint l'Eternel ? L'Eternel lui montre la voie qu'il doit choisir….   Son âme reposera dans le bonheur, et sa postérité possèdera le pays.

    Romains 1:20  En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l'oeil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables,

    Nous avons dans cette constatation un merveilleux conseil du Saint-Esprit, pour vivre harmonieusement en subissant le moins d'adversités possible.


    Si vous désirez vivre dans la vérité suivez ce conseil :

    N'accepter pour vérité que des arguments objectifs et refuser toute subjectivité.


    Voilà la grande différence à prendre en compte. Dieu agit comme un « Père » avec ses propres enfants !  (Et quel Père) Dieu aime sa créature, il persuade, il prouve, il éduque, il éprouve, il punit éventuellement, il pardonne etc.. Et il fait toujours cela par AMOUR, et toujours dans le but d'amener à la repentance et de sauver !

    2 Thessaloniciens 2: 9 et 10  L'apparition de cet impie (l'Antéchrist) se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers,et avec toutes les séductions de l'iniquité pour ceux qui périssent parce qu 'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés.


    L'Amour de la vérité pour être sauvés


    Il y a donc un véritable conflit de personnalités et de méthodes entre l'Eternel Dieu et Satan.

    Voilà une raison supplémentaire pour que les chrétiens se dispensent résolument d'employer les mêmes méthodes que l'adversaire, ce que nous pouvons malheureusement observer dans certaines occasions.

    Voila également un élément primordial de la Foi : Aimer et donc rechercher la VÈRITÈ !

    L'objet de cette guerre, c'est l'humanité toute entière, et la place de Dieu sur le trône céleste


    Voilà pourquoi depuis le jardin d'Eden, l'ennemi de nos âmes tente sans relâche de soumettre la création, en faisant germer par séduction, l'esprit de rébellion dans le cœur des humains.

    Ce sont ses fruits amers que nous observons, quand nous sommes les témoins des abominations, de la violence, des meurtres, des guerres, et des monstruosités dont se révèle capable l'esprit humain. 


    Nous avons ici l'origine des misères du monde, qui porte un nom Satan !


    Comme nous l'avons déjà affirmé au début de cette étude Dieu pourrait sans le moindre effort, et par la seule puissance de sa parole, mettre un terme instantanément au mal et à Satan qui l'incarne. Aussi nous pourrions nous poser la question de savoir pourquoi Dieu n'agit-il pas aussi vite que nous le voudrions pour nous offrir sa Paix ?

    A cette importante question nous répondrons, que ce n'est ni par attentisme, ni par désintérêt, mais que Dieu connaît la fin de l'histoire, que cette triste période a encore quelque chose à nous apprendre, que des âmes sont encore à sauvés, et que l'amour vaincra !

    Le Grand Dieu d'Amour va le démontrer de manière parfaite ; parce qu'il aime sa création d'un amour sans limite, et qu'il préfère perpétuellement sauver que punir. Tout a été écrit d'avance, du début de cette guerre, jusqu'à la victoire définitive de Dieu.


    Question :

    Mais Yeshoua (Jésus) n'a-t-il pas tout accompli sur la croix ? (Jean 19 :30)

    Si, tout a été légalement accompli sur la croix du calvaire. Satan n'a plus aucun droit légal sur l'humanité car : Colossiens 2 :14 il (Christ) a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix… 


    Satan n'a donc, depuis la croix, plus aucun des droits qu'il avait acquit sur la création avec la chute d'Adam et Eve. Ce qui ne signifie aucunement que Satan ait été désarmé.

    Il n'a plus aucun droit légal, mais il reste en liberté, ce qui n'est guère difficile a démontré. Pour en être débarrassé, il nous faudra encore attendre jusqu'à la bataille d'Harmaguédon, (Apocalypse 20 :2) bataille qui se déroulera à la fin de la grande tribulation. (Apocalypse 2 : 22 et 7 :14)


    Question :

    Mais nous pourrions penser que Satan connaît la Bible ?  Il sait sûrement lire !

    Assurément que le diable connaît la Bible, plus parfaitement encore que les plus grands biblistes, mais son grand problème d'orgueil, c'est qu'il n'y croit pas, et qu'il pense pouvoir changer les règles du jeu, et l'issue de la bataille.


    Croire en l'existence de Dieu ne suffit donc absolument pas !


    Esaïe 52 :6 C'est pourquoi mon peuple connaîtra mon nom ; C'est pourquoi il saura, en ce jour, Que c'est moi qui parle : me voici ! 


    Pour être un enfant de Dieu, il faut connaître le nom de Dieu, le reconnaître comme Seigneur, l'aimer comme un Père, et calquer sa vie sur ses paroles.


    (Vous remarquerez que lorsque Satan a tenté Jésus au désert il n'a jamais prononcé le nom de Dieu. (Matthieu 4 : 1 à 11)

    Jérémie 23 :27 Ils pensent faire oublier mon nom à mon peuple Par les songes que chacun d'eux raconte à son prochain, Comme leurs pères ont oublié mon nom pour Baal.


    Extrait du magnifique livre de Gérard Gertoux historique du nom Divin éditions l'Harmattan : « Le besoin de nommer est fondamental : la nomination sépare, distingue, rend irremplaçable. Quelle mère oublierait de donner un nom à son enfant ? Ce qui est innommé est rejeté ; ce qui est innommable paraît en général ignoble. D'ailleurs, l'étymologie latine d'ignominie est justement la perte du nom…. »


    Pour clore ce sujet posons-nous donc la question de savoir pourquoi nos prières restent souvent sans réponse…

     
  2. La création du monde matériel et des êtres vivants


Constatations :

L'amour, et l'affection ne pouvant s'exercer qu'envers un ou plusieurs autres être vivants,  Dieu ne pouvait donc exercer son amour en restant seul ! Il lui fallait donc créer un être à sa ressemblance, un ami envers lequel il pourrait exercer son amour c'est-à-dire, avoir des rapports affectifs, dialoguer, et entretenir une relation d'amour, disons familiale.


Encore une question :

Mais comment se créer un ami, un enfant ou une famille quand on est Dieu ?

Avant d'aller plus loin, il y a une vérité spirituelle essentielle que nous devons admettre. C'est que Dieu n'a eu et n'aurait aucun mal pour créer ce qu'il désire, quand il le souhaite, par la simple action de sa parole.  Etant TOUT PUISSANT, il lui suffirait de dire le mot « Soit ! » Pour que l'être ou la chose matérielle ou spirituelle exista immédiatement ! Toutefois, il y a une unique exception à cette règle, du moins en ce qui concerne les délais, et cette seule restriction à la TOUTE PUISSANCE de Dieu, c'est précisément celle de se créer un ami.

Dieu peut instantanément créer une planète, un arbre ou un homme, par la toute puissance de sa parole, mais pour un ami, il faut beaucoup plus de temps, et il y a une raison majeure à cela !

Pour se créer un ami, il faut impérativement savoir aimer, et savoir se faire aimer, en consacrant le temps nécessaire pour se découvrir, et s'apprécier mutuellement, et ne pas décevoir. (La Bible est aussi l'histoire des différentes étapes de ce processus.) 

Et pour qu'un être humain puisse éprouver un sentiment d'amour ou simplement d'amitié, il faut qu'il en soit parfaitement libre, autant psychiquement que physiquement. Il faut qu'il soit libre d'apprécier cette personne ou de la rejeter car s'il n'avait pas cette faculté de choix, nous ne pourrions plus parler d'amour réciproque, et de considération, mais plutôt de soumission, de compromission et même d'asservissement.

Dieu a donc crée l'homme parfaitement libre, jusqu'à détenir le pouvoir de le rejeter !


Cet état de fait, est une réalité pour chaque être humain, et l'est aussi pour Dieu qui l'a voulu ainsi !

C'est ce que nous avons vu en Eden avec la déchéance de nos lointains aïeux.

D'aucuns convertis à l'homme plutôt qu'à la parole de Dieu, affirmeront que l'homme déchut n'aurait plus la possibilité ni de rejeter, ni d'accepter en connaissance de causes, les arguments objectifs du Saint-Esprit.

La bible est absolument révélatrice sur ce sujet. Vous observerez que lorsque, Dieu a envoyé ses prophètes pour communiquer sa parole de salut aux hommes, il a laissé à ces derniers l'entière liberté de les maltraiter et de rejeter leurs avertissements allant même quelquefois jusqu'à les tuer. C'est ce qui est arrivé à son propre fils Yeshoua (Jésus) Quelle démonstration, magnifique d'amour infini, qu'un Dieu TOUT PUISSANT et TROIS FOIS SAINT, permette à ses propres créatures de brutaliser ou de tuer ses prophètes, de crucifier son fils unique, et de martyriser ses Apôtres, dans le but salvateur d'enseigner aux hommes la grandeur de son AMOUR !  Plus encore d'amener les êtres humains à sa parfaite ressemblance spirituelle ; aimant d'un pur amour, eux-mêmes gestionnaires de la création, et autonomes dans leurs choix ; comme les véritables enfants d'un père !

Jean 15 : 15 : Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître, mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j'ai appris de mon père !

Lévitique 26 : verset 12 : Je marcherai au milieu de vous, je serai votre Dieu et vous serez mon peuple.

Jean chapitre1 verset 12 : Mais à tous ceux qui l'ont reçue, (la lumière de Dieu) à ceux qui croient en son nom, (Jésus-Christ) elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés non du sang ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu.


Mais vous avez sûrement regretté comme beaucoup, que Dieu n'ait pas créé l'homme saint et rempli d'amour pour ses semblables dès l'origine ?

 

Dieu aurait-il fait une erreur ?


Tout ce que fait Dieu est parfait, comme la chenille est un parfait papillon en devenir !

Notre imperfection actuelle, qui est la conséquence de la chute, n'est donc qu'une phase transitoire par laquelle nous devions passer, avant d'accéder à cette maturité spirituelle parfaite, prévue pour nous de toute éternité.

Nous étions libre de chuter et nous avons lamentablement chuté, mais Dieu nous a donné la possibilité de repentance et nous offre son pardon en Yeshoua ha Mashiah (Jésus-Christ), afin de nous faire « naître de nouveau » c'est-à-dire que Dieu nous donner la possibilité, par la foi en Christ, de quitter nos oripeaux de pécheur pour devenir une nouvelle créature lavée par le sang de l'agneau, toujours libre, mais affranchie du péché et prisonnière de l'amour de Christ. 

1 Jean3: 2 Bien-aimés nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté mais nous savons que lorsqu'il paraîtra nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu'il est.

Dieu a créé l'homme à son image.  (Genèse 1:27)  S'agit-il d'une ressemblance physique ?

Peut-être, mais évitons un instant l'anthropomorphisme. Ce qui fait que nous ressemblons à notre créateur, tient avant tout à l'immortalité de notre Esprit, à la liberté intellectuelle et psychique dont nous disposons et à notre si grande capacité, si ce n'est de création ex nihilo, tout au moins de découverte et d'innovation.


Dieu a voulu créer l'homme, pour avoir avec lui les mêmes rapports que ceux d'un père envers ses enfants 


Il nous a donné la faculté d'aimer, de faire des choix, d'être nous-mêmes innovants et gestionnaires de notre si grand univers, avec toute la palette des possibilités envisageables. C'est-à-dire de bâtir mais aussi de détruire, d'aimer Dieu, mais aussi de le rejeter.


YHWH (L'Eternel) n'est donc pas un Dieu totalitaire, il ne contraint personne, ni à l'aimer, ni à le servir !


Incontestablement, certains pourraient penser comme Calvin, qu'il aurait été plus facile et bien plus rapide pour Dieu, de créer une armée de robots ou de clones programmés pour lui obéir, pour lui chanter des cantiques, et pour construire un royaume dont il aurait été le Dieu incontesté.  Mais convenez qu'un paradis totalitaire, peuplé de robots ou de clones sans volonté propre, serait l'endroit le plus triste de la création


La liberté que Dieu nous accorde, nous pousse donc impérativement à faire des choix et c'est notre responsabilité devant Dieu !


« Dieu crée le vouloir et le faire » C'est-à-dire que son Saint Esprit nous montre la voie que nous devrions suivre, et nous en donne les moyens ; mais il ne l'impose pas, l'histoire le prouve facilement ! C'est à l'homme de prendre position, entre la doucereuse séduction du diable, et les arguments objectifs du Saint-Esprit et de l'amour de Dieu.

Deutéronome Chapitre 30 verset 19 : J'en prends aujourd'hui à témoin contre vous le ciel et la terre (dit Dieu) : j'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives.


Éclairé par le Saint-Esprit, chacun doit choisir lui-même son camp, et donc choisir son maître !


Ce qui offre une représentation visuelle de cette guerre spirituelle : D'un coté ceux qui seront convaincus par le Saint-Esprit, se tourneront vers le camp de l'AMOUR et de la VIE. De l'autre coté seront égarés par le diable ceux qui sont attirés par la subjectivité des satisfactions éphémères de ce monde. Il y a une troisième catégorie de personne, que nous appellerons les «braves gens» qui ne cherchent qu'à vivre en paix suivant passivement leurs coutumes religieuses, mais qui rejettent inconsciemment l'Amour de Dieu, par leur endoctrinement politique ou religieux. Faire plonger les hommes dans le sommeil spirituel, est le plus sûr stratagème de l'ange des ténèbres, pour détourner ceux qui se seraient tournés vers Dieu.


Décider de ne pas choisir, revient donc, à choisir de rejeter le plan de Dieu !


Il n'y a que deux chemins, l'étroit chemin de l'amour de Dieu, la vérité, et tout ce qui en découle ou la large voie de l'ange de la perdition.


Atteindre la perfection désirée, c'est se tourner vers celui qui libère !


Tout a été légalement accompli par Christ à la croix du calvaire, mais Satan livre encore bataille avec rage car il sait qu'il lui reste peu de temps.

Mais rassurez-vous ; Dieu n'abandonne pas les êtres humains dans cette terrible bataille.

Le Saint-Esprit nous a été envoyé pour travailler notre âme… 

Pour nous convaincre de pécher…(Par les arguments objectifs)

Pour nous annoncer l'EVANGILE du salut en Jésus-Christ, au travers de la prédication de ses missionnaires.

Pour nous amener à la repentance…

Pour nous conduire au pied de la croix…

Pour nous placer devant nos responsabilités, et pour nous faire comprendre que Dieu veut que nous-nous tournions vers Yeshoua ha Mashiah (Jésus-Christ)!  Non par calcul, non par obligation surtout pas par peur, mais par reconnaissance et par amour pour notre Sauveur, avec la même crainte respectueuse qui caractérise les rapports d'un fils envers son père. Epître aux Galates Chapitre 5 verset 1 : C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude.


Apocalypse 3 : 20 Je me tiens à la porte et je frappe a dit Jésus-Christ.


Lorsque nous ouvrons la porte de notre cœur à Yeshoua ha Mashiah (Jésus-Christ), nous le reconnaissons comme notre Sauveur et Seigneur, nous l'invitons de fait, à faire sa demeure en nous. Ainsi sans toujours nous en apercevoir du moins au début, nous changeons en un instant de camp, en quittant définitivement celui de Satan, pour celui de la famille de Dieu, qui porte le nom de « Corps de Christ » ; ce qui est suffisant et le seul moyen pour être affranchit, libéré, et sauvé pour l'éternité.


Dieu vous aime et il veut vous sauver, si vous acceptez simplement son salut

Etude sur la Damnation éternelle ou pas…


L'équipe de Cantique de l'Olivier Franc.


Première constatation : le mot damnation ou damné n'existe pas dans la bible seul le mot condamnation existe, mais il n'a absolument pas la même valeur temporelle !

Apparue au Xe siècle dans Épître de Saint Étienne, la damnation du latin damnare signifiant blâmer désigne l'état de quelqu'un ou quelque chose qui est condamné aux tourments de l'enfer. Mais l'idée de l'enfer sous la forme catholique est en réalité est une idée d'origine mésopotamienne antérieure de plus de 2000 ans avant J.C et introduite dans certaines traductions de la bible.

Toutefois la bible évoque un étang de feu, qui ne sera utilisé qu'après le jugement dernier.


Seconde constatation : Dans l'Ancien Testament le mot « éternel » est la traduction du mot hébreu owlam qui se traduit par « un monde ». Il vient lui-même du mot hébreu alam qui signifie « cacher, dissimuler, être caché, être dissimulé, être secret ».


En hébreu le mot owlam signifie donc « un temps qui pourrait être éternel ou pas, mais qui est ou sera déterminé uniquement par le bon vouloir de Dieu qui ne veut pas que nous la sachions.


Dans le Nouveau Testament ce mot éternel vient du grec aionios qui se traduit par « sans commencement ni fin ». Il y a donc une altération du sens par rapport à l'hébreu.


Troisième constatation la notion de temps : Dans la conjugaison d'un verbe hébraïque, il n'y a pas de présent qui n'est qu'une fiction de l'esprit ! En hébreu, c'est la valeur qui domine, l'aspect accompli ou l'aspect inaccompli.

C'est l'hellénisation malheureuse de la pensée hébraïque, développée par la traduction de l'Ancien Testament en grec (la Septante), qui a introduit des termes abstraits étrangers à la culture juive originelle.


Voilà pourquoi aucun des versets de la bible ne parle d'une damnation éternelle, dans le sens de sans commencement ni fin !


Fondements bibliques

Le terme « damnation » est heureusement de moins en moins fréquent dans les traductions de la Bible en français.

Dans l'Epître aux romains chapitre 13 verset 2, il s'agit du terme grec κριμα (krima) ayant le sens de « châtiment » ou de « condamnation », condamnation qui s'étend sur ceux qui résistent à l'ordonnance de repentance faite par Dieu. Cette sentence et cette condamnation viennent de Dieu, Le Grand Juge, à l'autorité duquel résistance est faite.  Dans ce verset aucune notion de temps n'est présente.


Dans la première Lettre aux Corinthiens Chapitre 11 verset 29, le même terme grec κριμα est repris ; évoquant le jugement, et une condamnation temporels, ici-bas et non dans l'au-delà.

Cette condamnation est sévère de la part de Dieu, comme le verset suivant l'explique.


Dans l'Epître aux romains Chapitre 14 verset 23, le terme prend une forme verbale, κατακρινω (katakrinô), qui évoque encore plus fort le vocabulaire juridique (« juger à l'encontre / en défaveur de », « juger comme digne de châtiment »). L'expression signifie ici « condamné » par sa propre conscience aussi bien que par la Parole de Dieu. Ici encore aucune notion de temps n'est présente.


Le mot Périr dans Jean 3 : 16 du grec apollumi = périr, périssable, perdu, tuer, le sang, mourir, détruire, disparaître. Aucune notion de temps même chose  pour 1 Corinthien 1 : 18


Périr dans 1 Corinthiens 1 :18 Périr dans Osée 9 : 16 du grec muwth =mourir, tuer, périr, être exécuté. Aucune notion de temps.


Périr dans Genèse 18 : 23 de l'hébreu caphah = faire périr, ajouter, accumuler, être détruit, enlever, saisir. Aucune notion de temps même chose pour samuel 12 : 25


Périr dans Psaume 2 :12 abad = perdre, manquer, destruction, échapper, s'enfuir, mort. Aucune notion de temps.


Destruction dans Osée 13 : 14 qoteb = maladie, contagion, destructeur.  Aucune notion de temps.


Exterminer dans Jérémie 44 : 8 C'est le mot karath = couper, exterminer, retirer, retrancher, abattre, détruire, mâcher, faire disparaître, faire, traiter, contracter, conclure conclusion, servitude, laisser subsister.  Aucune notion de temps.


Anéantir dans 1 Samuel 2 : 9 C'est le mot damam = muet, arrêter, anéantir, relâche, à l'écart, se taire, confier, tranquille, périr, mort, détruire, repos, silencieux.  Aucune notion de temps.


Eternellement Dans Esaïe 30:8 Va maintenant, écris ces choses devant eux sur une table, Et grave-les dans un livre, Afin qu'elles subsistent dans les temps à venir, Eternellement (Ad)  et à perpétuité (Owlam).

Owlam se traduit par un non temps sans fin ou un non temps avec fin résolu par la seule volonté de Dieu.

Eternellement en hébreu c'est ici dans ce verset le mot AD = toujours, de tout temps, perpétuité, à jamais, C'est-à-dire dans un temps indéterminé mais qui prendra fin avec les générations !  Aucun rapport avec une éternité telle qu'on la conçoit en occident !


La bible du rabbinat français traduit ce même passage comme ceci : Esaï 30 :8 Maintenant donc rentre mets cela par écrit sur une tablette en leur présence, fixe-le sur un livre pour durer jusqu'au jour le plus reculé, toujours et toujours…

(Mais les traducteurs influencés par la tradition romaine continueront de dire que ce mot AD se traduit par « éternel » alors que ce mot n'existe pas en hébreu)


Perpétuité dans le verset ci-dessus et dans Psaumes 92 :8 c'est le mot owlam ou OLAM traduit a tort dans nos bibles par éternellement  alors qu'Esaïe 30 : 8 Nous affirme : Afin qu'elles subsistent dans les temps à venir.

Ces choses écrites doivent donc subsister dans la temporalité !  Absolument pas dans l'intemporel  Divin puisque Dieu existe hors du temps et que pour lui un jour est comme mille ans et mille ans comme un jour !


Le traducteur a donc traduit les mots hébreux AD dans Esaïe 30 : 8 et le mot OLAM dans le Psaume 92 : 8 par éternellement alors que ces deux mots n'ont pas la même signification !

Et ils traduisent le mot Owlam dans Esaïe 30 : 8 par le mot perpétuité sans vraie raison !

Ont vois bien que ces traducteurs ont un petit problème avec leur doctrine sous influence !


A jamais : Il y a aussi le terme à jamais et pour toujours dans de nombreux versets, mais qui est toujours traduit du mot OWLAM qui signifie plutôt « un monde ».  Aucune notion de temps.


A jamais un seul verset dans le nouveau testament, dans 2 Corinthiens 9 : 9 en grec EIS = pour AION = 1) pour toujours, perpétuité de temps, éternité, siècle, époque, temps, ère

2) les mondes, l'univers 

3) période de temps, âge

Les traducteurs ont traduit par « à jamais » qui fait penser à « pour l'éternité » alors que le mot grec AION peut également être traduit par : les mondes, l'univers, période de temps, âge Ces derniers mots seraient plus conforme à l'ancien testament dans lequel n'existe que le mot OLAM qui signifie un monde.


Apocalypse 20:10  Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles.


Aux siècles des siècles

Le mot siècle est ici à l'origine un mot grec AION le même que dans 2 corinthien 9 :9 ou cette fois le traducteur a traduit par « pour toujours » ?

Le même mot est donc traduit parfois d'une façon parfois de l'autre, selon le traducteur et pour enfin de compte induire des idées étrangères au texte biblique de référence.

En résumé nos traducteurs ont dans leurs esprits, d'anciennes doctrines qui les empêchent de voir les évidences. Ces vielles doctrines romaines étaient destinées à terroriser le petit peuple pour mieux le contrôler et dominer sur lui !


C'est le contraire des paroles de Jésus qui dit : Galates 5:1  C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude.

Temps ou Intemporalité ?


Il existe naturellement dans la bible la notion d'un temps indéterminé et dont Dieu seul connaît l'étendue, en ajoutant qu'un non temps sans fin est une des possibilités. Mais Il n'y a jamais de notion d'éternité, ni de non temps sans fin, ni de perpétuité affirmée dans la parole de Dieu, si ce n'est dans les mauvaises traductions !

L'idée que nous devrions peut-être nous faire serait « une absence de temps » dans lequel le mouvement existe. C'est mathématiquement inconcevable sauf pour des corps glorifiés comme celui de Yeshoua (Jésus) après sa résurrection.


Mais comme le disent Messieurs l'Abbé et Pasteur :

Il y a l'étang de Feu et de souffre où les réprouvés seront jetés après leur jugement…  Certes OUI car c'est clairement écrit !


Apocalypse 19:20  Ils furent tous les deux jetés vivants dans l'étang ardent de feu  et de soufre.

Apocalypse 20:14  Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l'étang de feu. C'est la seconde mort, l'étang de feu.

Apocalypse 20:15  Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l'étang  de feu.

Apocalypse 21:8 leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort. ».


Mais il n'y a Aucune notion de temps dans ces versets !


Un seul verset pourrait aller dans le sens d'une éternité de souffrance.


Apocalypse 20:10  Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et  nuit, aux siècles des siècles.

Un seul verset ne peut donner lieu à une doctrine établie !


Une simple recherche avec dans la bible Strong démontre que le mot grec « aiôn » apparaît 128 fois dans le NT et correspond au mot hébreu « owlam » qui lui est le plus proche, ce qui est confirmé par la version grecque de l'AT (la septante).  Ce mot grec « aiôn » est traduit de différentes façons selon le contexte et selon l'origine et la doctrine du traducteur.

Dans la bible Louis Segond le mot « aiôn » est traduit selon les versets par : siècle, monde, à jamais, éternellement, éternité, tous âges, tout temps.

Le verset ci-dessus d'Apocalypse 20 : 10 devrait donc être traduit par : Et ils seront tourmentés jour et  nuit, d'owlam en owlam. 


C'est-à-dire selon la période intemporelle déterminée par Dieu seul

Et la Géhenne

Le mot grec géena que nous lisons dans le (NT) était parfaitement incompréhensible par les grecs antiques car c'est un mot inventé a partir de l'expression hébraïque « geî ben Hinôm » qui se traduit beaucoup mieux par « la vallée des fils de Hinnôm ».

Geî ben Hinôm (la géhenne) était un lieu près de Jérusalem où l'on brûlait les ordures, et qui avait un feu entretenu de manière permanente par l'apport de nouveaux déchets.

Mais les cadavres ou ordures que l'on y jetait ne brûlaient que le temps de leur consumation.



Dieu est un juge parfait : 2 Timothée 4:1 Je t'en conjure devant Dieu et devant Jésus-Christ, qui doit juger les  vivants et les morts…  sa justice est sans faille, sans faiblesse.

Comment pourrait-il condamner à une éternité de souffrance celui qui n'a volé qu'un pain pour manger ?

Le salaire du péché c'est la mort Romains 6:23 

C'est la parole de Dieu, mais il n'y a aucunement écrit le salaire du péché c'est la torture pour l'éternité sans espoir de fin !


Dieu est amour : 1 Jean 4:8  Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu, car Dieu est amour.

Comment imaginer Dieu, qui est l'essence de l'Amour, qui voit tout, qui sait tout et qui est partout ; Lequel dans un même « instant » apprécierait les cantiques de ses rachetés et accomplirait un miracle pour que les damnés restent en vie dans l'étang de feu pour les faire souffrir un peu plus longtemps ?


Cantique 8:6  Mets-moi comme un sceau sur ton coeur, Comme un sceau sur ton bras ; Car l'amour est fort comme la mort, La jalousie est inflexible comme le séjour des morts ; Ses ardeurs sont des ardeurs de feu, Une flamme de l'Eternel.


L'amour est fort comme la mort


Notre Dieu veut être aimé pour ce qu'il est, et pas vénéré par crainte de l'enfer !


1 Jean 4:18  La crainte n'est pas dans l'amour, mais l'amour parfait bannit la crainte car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n'est pas parfait dans l'amour.


Matthieu 5:48  Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.


Nous pensons donc qu'affirmer une damnation éternelle

est une offense à l'Amour de Dieu !

  

L'ESPRIT de Gédéon nous donne la Clef


Qui ne connaît pas l'histoire de Gédéon ?…

Un homme choisi de Dieu, un parmi les plus petits, pour combattre l'armée madianite alliée à Amalek et aux fils de l'Orient - la force occupante de l'époque en Israël. Gédéon était le dernier de sa famille et comme tous les Israélites, il craignait pour sa vie et se cachait…


Une famille d'Israël, un fils d'Israël…

Gédéon est le fils de Joas - « L'Eternel a donné » : homme de la tribu de Manassé, de la famille d'Abiézer (Juges 6:11,15). Etabli à Ophra, Joas était un chef dans sa communauté. Il éleva un autel à Baal et dressa un pieu sacré, emblème de l'Astarté cananéenne. Dieu ordonna à Gédéon de l'abattre, ce qu'il fit.


Gédéon (Guid'on - de l'hébreu gad'a) signifie abattre, couper.

Le Gédéon est un homme de Dieu qui fait tomber des forteresses.

Dieu se servit de lui alors qu'il n'était qu'un fils de Manassé subissant la persécution de terribles ennemis. Rien ne disposait Gédéon à devenir un héros (gibor), un « messie » qui délivrerait Israël. La tradition juive dit que le Messie (Mashiah) se manifeste à chaque génération pour protéger le peuple.

Les rabbins d'aujourd'hui savent cependant que le Messie qui vient (El Gibor) sera de la tribu de Juda, et qu'Il sera un descendant du roi David.

Gédéon battait du froment pour le mettre à l'abri de Madian. Un ange de l'Eternel lui apparut, et dit : « L'Eternel est avec toi, vaillant héros ! ». Gédéon voyant en lui un homme, se plaignit des souffrances que leur faisaient vivre les Madianites, rappelant la promesse de Dieu à l'égard de Son peuple.

Et l'ange lui dit : « Va avec ta force, et délivre Israël de la main de Madian ; n'est-ce pas moi qui t'envoie ? ».

Gédéon, comme Moïse et comme chacun de nous qui n'avons pas l'étoffe d'un héros, dira : « Ah ! mon seigneur, avec quoi délivrerai-je Israël ? Voici, ma famille est la plus pauvre en Manassé, et je suis le plus petit dans la maison de mon père. L'Eternel lui dit : Mais Je serai avec toi, et tu battras Madian comme un seul homme » (Juges 6:15).

Réalisons que c'est l'Eternel qui parle… comme Celui que nous connaissons aujourd'hui comme notre Emmanuel, ayant dit : « Je suis avec vous tous les jours » (Matthieu 28:20).


Le sacrifice et la toison

Nous connaissons la suite : Gédéon veut une preuve que c'est Dieu qui parle, et il prépare un sacrifice sur la pierre. L'ange de l'Eternel fait tomber le feu sur l'offrande, consumant le sacrifice et disparaît. Et Gédéon de s'exclamer : « Malheur à moi, J'ai vu Dieu face à face ! ». Gédéon comprit que cet homme venait de Dieu. Plus tard, avant de partir en guerre, Gédéon « fera une toison » - qu'elle soit sèche quand il y a de la rosée et qu'elle soit mouillée quand l'herbe autour est sèche.

Nous avons le droit de « tester » Dieu lorsque le Seigneur nous demande une mission particulière.


Abattre les pieux sacrés, les forteresses spirituelles

L'Eternel demanda au jeune Gédéon en priorité d'abattre l'idole de son village, le pieu sacré.

C'était un défi et une réelle preuve de courage, car Gédéon savait qu'il allait s'attirer les foudres de toute la communauté. Son père le soutiendra finalement, lorsque la population voudra le lyncher, disant : « Que Baal se défende lui-même ! », d'où son nouveau nom Yerubaal (Juges 6:32).

Nous sommes appelés en tant que chrétiens, à faire tomber les forteresses : « Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles ; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses » (2 Corinthiens 10:4).


Abattre la théologie de remplacement

Dans les derniers temps que nous vivons et à l'approche de la venue du grand Roi, il y a une forteresse à abattre (qui ne nous fera pas des amis), c'est la théologie de remplacement, qui englobe deux autres doctrines empoisonnant le Corps de Christ : l'Humanisme et la théologie de l'A-millénarisme.


- La Théologie de remplacement : c'est remplacer Israël qui aurait été soi-disant destituée, par l'Eglise.

- L'Humanisme : c'est placer l'homme au-dessus de Dieu, et c'est douter de la Parole de Dieu, s'opposer à la vérité et la justice divine sous le prétexte que Dieu est amour ; c'est aussi refuser l'Election d'Israël comme peuple élu.

- La doctrine de l'A-millénarisme : c'est nier le Millenium à venir en tant que Royaume sur la terre avec le Messie-Roi à sa tête ; c'est nier le rétablissement d'Israël devant redevenir la première des nations. L'Amilénariste croit que le Millenium existe depuis le début de la Chrétienté et que le Messie est déjà là, personnifié par l'Eglise. Selon eux, Israël n'à aucun rôle à jouer et, comme les autres nations, doit être évangélisée.


Gédéon, un chrétien prophétique

Gédéon utilise trois éléments anodins en apparence mais prophétiques dans sa guerre contre l'Ennemi du moment :

1) la trompette (le schofar),

2) la torche enflammée,

3) la cruche renfermant la torche, devant être brisée.


Cela correspond à trois qualités du chrétien pour la dernière génération


1) Être prophétique - le vrai chrétien entend le son du schofar, l'appel de Dieu. Entendre le schofar signifiait entendre le son (du schofar) qui avertissait Israël du danger et les rassemblait dans le combat : « Heureux le peuple qui connaît le son de la trompette ; Il marche à la clarté de ta face, ô Eternel ! » (Psaume 89 :15).

La clarté de la face de Dieu, c'est la Shekhinah, Sa présence glorieuse par le Saint-Esprit.

Israël est l'élément prophétique des derniers temps. Refuser cela, c'est nier les prophéties et les promesses écrites pour la fin des temps, toutes liées à Israël.


2) Avoir l'amour de la Vérité - La flamme est la Vérité de Dieu ! La Bible dit qu'à la fin des temps, il y aura un manque d'amour de la Vérité, une préférence pour des théologies plus agréables (lire 2 Timothée 4:3). Le diable fera toutes sortes de miracles, de signes mensongers, il utilisera « toutes les séductions de l'iniquité pour ceux qui périssent parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés ». Et Dieu Lui-même enverra « une puissance d'égarement, pour qu'ils croient au mensonge » (2 Thessaloniciens 2:9-11) ! Nier les promesses pour Israël, c'est nier le projet de Dieu !


3) Avoir le discernement des temps - La torche était cachée dans une cruche. La cruche brisée est symbole d'humilité, une qualité nécessaire s'opposant à l'orgueil du « chrétien de Laodicée » (Apocalypse 3:15-19) ; par ce brisement, Dieu amène la soumission à Sa vision. Cette cruche devait être brisée au moment opportun. Nous devons apprendre le discernement pour le temps de Dieu. Il y a des saisons, des temps marqués - kaïros (le temps prophétique) contrairement à chronos (le temps qui passe). Jésus fustigeait les religieux disant connaître le temps qu'il ferait le lendemain mais qui ignorait les temps prophétiques : « Hypocrites ! Vous savez discerner l'aspect de la terre et du ciel ; comment ne discernez-vous pas ce temps-ci ? » (Luc 12:56).


Une élite pour le Seigneur

Des 32000 hommes venus pour combattre l'ennemi et après le tri de Dieu, il resta 300 hommes. Dieu veut se glorifier dans ce petit nombre, c'est la qualité qui importe. Le Seigneur recherche des gens de foi ayant la vision. Les hommes choisis ont juste posé un genou à terre pour boire, gardant la main sur leur épée. Cela parle de vigilance extrême. Les chrétiens doivent constamment être à l'écoute des signes de Dieu dans la Parole et dans les événements. Ils sont prêts à se lever et à agir rapidement.

Aujourd'hui, nous devons avoir conscience de l'urgence des choses - les événements vont vite. Le chrétien est souvent englué dans la recherche du confort ou simplement soucieux de sa propre vie. Le Gédéon recherche les intérêts de Dieu, il est prêt à Le suivre.


Temps de la fin ?...

Cette histoire de Gédéon a quelque chose à voir avec la fin des temps ! L'Ennemi, ce sont les Madianites et Amalek, allié avec le peuple arabe. N'est-ce pas actuel ?... Oui, car Israël lutte depuis le début de sa création avec des ennemis féroces, les Islamiques en général, qu'ils soient arabes ou non, niant la légitimité d'Israël et désirant prendre sa place dans le pays. Ils pratiquent eux aussi la théologie du remplacement ! Car l'Islam a pour vocation de conquérir le monde, pas seulement Israël.


1) Madian (un enfant d'Abraham et Ketura) signifie, « celui qui dispute et cherche querelle ».

2) Amalek est l'ennemi n°1 d'Israël. Dieu dit : « Parce que la main a été levée sur le trône de l'Eternel, il y aura guerre de l'Eternel contre Amalek, de génération en génération » (Exode 17 :16). Amalek est l'ennemi de toujours et il se dévoile aujourd'hui non seulement au Moyen-Orient mais dans toutes nations.


3) Enfin, la bataille s'est déroulée dans la vallée de Jizréel : « Tout Madian, Amalek et les fils de l'Orient, se rassemblèrent ; ils passèrent le Jourdain, et campèrent dans la vallée de Jizréel » (Juges 6:33). C'est le lieu de la dernière bataille d'Harmaggedon !

Jizréel signifie« Dieu a planté, semé de Dieu ». Cela signifie que ce combat est prévu de Dieu, c'est dans Ses plans, afin que SA gloire soit manifestée, en vue du salut de toute l'humanité !


Un amour vivant pour Israël

Gédéon avait soif de la libération d'Israël de l'occupation des Madianites qui ravageaient les champs des Israélites et terrorisaient le peuple : « L'Eternel se tourna vers lui, et dit : Va avec cette force que tu as, et délivre Israël de la main de Madian ; n'est-ce pas moi qui t'envoie ? » (Juges 6:14).

Le « chrétien Gédéon » embrasse la cause de SION et fait de cette cause, la cause de Dieu.

Il a un cœur pour la Vérité de la Parole et pour le salut d'Israël : « Pour l'amour de Sion, je ne me tairai pas. Pour l'amour de Jérusalem, je ne prendrai point de repos jusqu'à ce que son salut paraisse, et sa délivrance, comme un flambeau qui s'allume… » (Esaïe 62:1).

Son épée est « pour l'Eternel », au service de la cause de Dieu. Mais sachons que nos actions, aussi héroïques soient-elles, n'auront aucun mérite. Seul Dieu donne la victoire ! A Lui seul la gloire !… Et pourtant, Dieu dit : « Va avec ta force ! ». Que le Seigneur nous donne cette hardiesse, comme Il a insufflé au jeune Gédéon la foi et le courage pour affronter l'Ennemi. Avec cette élite, Dieu va ouvrir Son Royaume… Il a placé les clés dans nos mains.


Bonne Méditation


  

Les noms des personnages bibliques

amputés de leur si belle signification


Nous oublions souvent que les témoins et écrivains de la Nouvelle Alliance (N T) étaient tous1 Juifs car l'hellénisation forcée, de la parole de Dieu a influencé de façon fort dommageable la pensée Hébraïque d'origine, ce qui n'améliore en rien la compréhension des textes.


Pourtant qu'il est avantageux de comprendre ce qu'un nom évoque !


Attardons-nous un instant sur les lettres latines J et le U qui jalonnent nos bibles !


Il faut historiquement savoir que les lettres latines J et U, furent inventées et introduites dans l'alphabet occidental que vers l'an 1270 de notre ère pour résoudre le problème de mots latins tels que « servus et juvenis » qui s'écrivaient servvs et ivvenis. Les sons « J » et « U » n'existent donc ni en hébreu, ni en araméen, ce implique qu'aucun hébreu des temps bibliques n'a jamais prononcés les noms de Jéhovah, de Jacob, de Jacques, de Juda ou de Jésus, mais plutôt Yah, Yéhowa, Yéhoua, Yahoué, Yahvé ou Yahou pour le nom de Dieu et Yashoua, Yoshoua ou Yeshoua pour le nom de son fils unique.


Les beaux noms


Yeshoua nom sublime du sauveur de l'humanité qui signifie (YHWH Sauveur), est une contraction de la forme Yehoshuah. Yeshoua fut traduit en grec par Iêsoûs puis par Jésus nom qui n'évoque rien de particulier aux yeux de l'immense majorité des gens.

Pourtant l'Evangile du salut, et la Divinité de Yeshoua (Jésus) explosent aux yeux des plus malvoyants, par son beau nom de Yeshoua « YHWH sauveur ». (Le Dieu : Yahvé sauveur)

Yehoshuah fut transformé en Josué


Yohanân signifie (YHWH fait Grâce). Ici encore l'Evangile est annoncé par ce beau nom, qui fut malheureusement remplacé par celui de Yoann, puis Johan et enfin Jean.

Jean est le frère de Jacques, et pêcheur lui aussi. Après la mort de Jésus il s'est retiré dans l'île grecque de Pathmos. C'est là que Jean a eu la vision qu'il relate dans son Livre de l'Apocalypse, écrit à la toute fin du 1er siècle, sous le règne de Domitien.

C'est Jean qui a écrit non seulement le quatrième évangile, mais aussi des lettres aux Églises et le Livre de l'Apocalypse.


YechaYahou signifie (Salut de Yah ou Yah sauve) ce beau nom est devenu Esaïe.


YirmeYahou signifie (celui que Yah à désigné) Ce beau nom est devenu Jérémie.


MatitYahou signifie (cadeau est YHWH), nom qui devait beaucoup surprendre les contribuables  puisqu'il était publicain. On l'aurait parfois appelé Lévi puis Matthieu a collecté l'impôt pour le compte de l'autorité romaine avec la réputation partagée de prendre au passage sa petite commission. Soudain sa vie change radicalement à la faveur de la rencontre de Jésus. Il abandonne tout pour suivre Jésus. C'est à lui qu'on attribue le premier des quatre évangiles. Restant quelques temps en Palestine pour prêcher après la mort de Jésus, il finit par rejoindre, comme Thomas, l'Éthiopie. Son nom fut francisé en Matthieu.


Shimon qui signifie (entendre) Jésus lui dit : Tu t'appellera « Kepha » nom qui désigne une pierre ou un rocher en araméen. Ce nom fut traduit en grec par « Pétros » puis en latin par « Pétrus ». Mais dans nos traductions le mot « Kepha » devient phonétiquement « Céphas » : Jean 1:42  Jésus, l'ayant regardé, dit : Tu es Simon (Shimon), fils de Jonas ; tu seras appelé Céphas ce qui signifie Pierre.

Mais (Képhali) écrit dans nos bibles (Céphas) signifie (tête) en grec d'où décline le mot « céphalée », ce qui a justifié pour certains de placer l'Apôtre Kepha devenu Pierre à la tête de l'église romaine en tant que Pierre et pierre d'angle en lieu et place du Messie d'Israël Yeshoua Ha Mashiah (Jésus-Christ)

Après la résurrection du Christ, Pierre se met à l'annoncer et à organiser sa diffusion à Jérusalem, à Antioche, à Corinthe, et pour finir à Rome. C'est là qu'il meurt martyr, crucifié, autour de l'an 64.

Le nom Shimon Son nom fut francisé en Simon.


Shaoul qui signifie (désiré) en Araméen fut remplacé par Saül qui est une déformation grec du nom Shaoul, lui-même remplacé par (Paulus) qui signifie (petit et faible) en latin, puis par Paul.

Paul est né à Tarse, en Cilicie (aujourd'hui Tarsus, en Turquie actuelle) Il est l'une des figures principales du christianisme par son interprétation de l'enseignement de Jésus.

Paul plusieurs fois arrêté pour subversion finira par être condamné et conduit à la sortie de Rome, sur la Via Ostiense, pour y être décapité entre 64 et 68.


TséfanYah signifie (Yah a caché ou protégé) ce beau nom est devenu Sophonie.


ObadYah signifie (adorateur serviteur de Yah) ce beau nom est devenu Abdias.


NehémYah signifie (Yah a consolé) ce beau nom est devenu Néhémie.


Hoséa signifie (Yah salut ou Sauve) ce beau nom est devenu Osée.


Yéhûdah ou Yéhouda qui signifie (YHWH est loué) fut remplacé par Judah ou Juda, nom qui n'évoque que trahison, et qui fut injustement imputé par l'église romaine à l'ensemble du peule juif. Rongé par le remords il se pendit. Dans le champ du potier racheté par les grands prêtres qui le dénommèrent “Champ du sang”.


Ya'akob prononcé Yaa'cov traduction littérale (talon) traduction (Dieu a soutenu) fut remplacé arbitrairement par Jacob dans l'AT puis par Jacques dans le Nouveau Testament, le tout dans un illogisme uniquement motivé par la doctrine romaine du remplacement.

Jacques est frère de Jean et premier mort martyr parmi les apôtres, a été décapité en 44. C'est lui que l'Église a toujours appelé “Jacques le Majeur”, pour le distinguer de “Jacques le Mineur” qui ne fut pas apôtre de Jésus, mais premier évêque de Jérusalem et auteur de l'épître qui porte son nom. C'est d'un autre Jacques encore qu'il est question dans l'Évangile, fils d'Alphée, appelé “l'un des douze”.


Eléâzar qui signifie (Dieu a aidé) fut remplacé par Lazare.


Yossef qui signifie (YHWH ajoutera) fut remplacé par Joseph.


Yoël qui signifie (YHWH est Dieu) fut remplacé par Joël.


Myriam qui signifie (celle qui élève) fut remplacé par Marie.


Elisheva signifie (Eli = mon Dieu) (Shéva = serment, subsistance) deux traductions (Mon Dieu est mon serment, ou Mon Dieu est ma subsistance).

Ce nom fut traduit par Elisabeth.


Hannah (pronocé Ranna ) qui signifie (la grâce) fut remplacé par Anne , franchement est-il difficile de dire « Ranna » et pourquoi utiliser une consonance proche de celle d'un animal réputé comme peu futé ? Y aurait-il une allusion du malin ?


Bar Tholma  qui signifie (Fils brisé) devient Barthélemy du latin Bartholomé signifie (Riche en sillons) l'Homme brisé devient richeAprès la résurrection de Yeshoua (Jésus) il annonce l'Évangile en Arabie. S'est-il dirigé vers l'Inde ? On n'est assuré de rien, et les traditions ne nous éclairent guère sur la fin de Barthélemy qui, pour les uns, serait mort écorché vif, pour d'autres aurait été jeté à la mer.


Tôma signifie (jumeaux) et deviendra Thomas en français c'est l'équivalent de Didymos en grec, ou Didyme. Jumeau de qui ? Après avoir exercé le métier de charpentier, et considérée pour sa grande culture religieuse, Thomas s'en alla évangéliser aux quatre coins de l'Orient, chez les Parthes qui succédaient aux séleucides de Macédoine, en Perse, en Éthiopie, au Yémen, en Inde. C'est là que quatre soldats le plantèrent au poteau d'exécution où le condamné succomba sous leurs flèches.


Thaddaï ou Thaddée signifie (Cœur, désiré ou sein maternel) Il est araméen et fait partie du groupe des Apôtres. En réalité son nom est Jude surnommé Thaddée pour le distinguer de Judah. Était-il préposé à la traite des bêtes ? C'est en Syrie avec les 70, que Thaddée est allé évangéliser, à Édesse, où mourra Saint Ephrem trois siècles plus tard. Thaddée terminera ses jours dans la partie iraquienne actuelle de la Mésopotamie.


ZekarYah signifie (Yah se souvient) est devenu Zacharie.


Certains noms Araméens ou hébreux n'ont pas été transformés, probablement parce qu'ils ne portaient pas en eux le nom de Dieu ou de notion théologique.


Daniel signifie (Jugement de Dieu)

David signifie (le chéri)

Esther signifie (je cacherai)


Pour certains autres noms leurs origines demeurent incertaines.


Luc1 vient de (Lukas) en grec et (Lucius) en Latin signifie (lumière)

L'auteur du troisième Évangile et des Actes des Apôtres, manifestait une si profonde culture biblique et une telle pratique de la langue grecque, que son origine est incertaine : venait-il du Judaïsme ou était-il un converti du paganisme au judaïsme puis à l'Evangile ?  S'il était hébreu de la diaspora de retour en Israël, ce qui est probable, puisque tous les autres Apôtres l'étaient, son nom vient probablement d' ELior qui signifie (Dieu est lumière).


Marc de son nom hébreu Yohanan (qui se traduit en français par Jean) Actes 12 :12, ce nom de Marc vient du latin (Markus) et signifie (marteau) il vient probablement du mot hébraïque Makabi qui signifie également (marteau) Il était un disciple et traducteur de l'Apôtre Pierre.


André est un nom d'origine grec (Andréas) qui vient d'andros (Homme) et signifie (Guerrier courageux) c'est peut-être la traduction du mot hébraïque Amotz qui signifie (fort brave). Juif, il était le frère de l'Apôtre Pierre. André s'en va évangéliser les Scythes, un peuple de nomades évoluant dans un large espace compris entre ce qu'on appelle aujourd'hui l'Ukraine et la Turquie. Lui aussi serait mort crucifié, sur une croix dont les branches forment un “X”. D'où le nom de “croix de Saint-André”


Etienne est un prénom d'origine française qui se substitue au prénom grec (Stéphane) qui signifie (couronné). Comme « Etienne » était un Juif Helléniste, Il est possible que son nom fut choisi pour traduire le nom hébraïque Malkiel qui signifie (Roi est Dieu).


Philippe du grec « Philippos » (aime des chevaux). On pense qu'il était Juif d'origine grecque, mais vivant en Galilée, Philippe était de la ville de Bethsaïda, sur les bords du lac de Tibériade comme les Apôtres Pierre et André. Tout porte à croire qu'il était juif ami d'enfance de Pierre et d'André, bien que nous ignorions son véritable nom.

Philippe n'est pas pêcheur, mais charretier. Son terrain de mission fut la Phrygie, en plein cœur de l'Asie mineure, au sud de la Cappadoce, puis Hiérapolis, aujourd'hui en Turquie. C'est là qu'il aurait terminé sa vie, crucifié la tête en bas, sous le règne infernal de Domitien.


1 (L'origine de Luc demeure incertaine mais tout porte à croire qu'il était également juif d'origine)


Pour voir plus de noms voir sur notre site la page LISTES : « Les noms des personnages bibliques et leurs traductions »


A partir de plusieurs Dictionnaires : L'équipe de Cantique de l'Olivier Franc



  

Le problème des « personnes distinctes »

Trinité distincte ou Tri-Unité de Dieu


Galates 5:9 Un peu de levain fait lever toute  la pâte.


L'équipe de Cantique de l'Olivier Franc


Avant d'aller plus avant et de voir plusieurs se détourner de cette lecture, en pensant que nous remettons en cause la Trinité ou Tri-unité de Dieu, nous voulons vous rassurer sur ce point. Les lignes qui suivent ne remettent en cause que le dogme de « personnes distinctes ». Car il est évident que Dieu a plusieurs attributs, mais qu'il n'a qu'une seule essence ou hypostase. C'est pourquoi nous considérons que le mot « personne » est déjà bien trop clivant et que l'idée de « personnes distinctes » est quant à elle parfaitement erronée. C'est pourquoi conformément aux écritures nous voulons déclarer que Yeshoua (Jésus) est Dieu venu en chair et que nous n'avons qu'un seul Dieu.


Deutéronome 6 :4 Écoute, Israël, YHWH est notre élohim (Dieu), YHWH est un.


Le catéchisme catholique romain remet Deutéronome 6 :4 en question

La très sainte Trinité C'est un seul Dieu en trois personnes, le Père, le Fils & le Saint-Esprit.

Les trois personnes de la très sainte Trinité n'ont qu'une seule & même nature. Les trois personnes de la très sainte Trinité sont réellement distinguées l'une de l'autre.


La déclaration de foi des réformés dit en substance la même chose

Selon cette vérité et cette Parole de Dieu, nous croyons en un seul Dieu, qui est une seule essence, dans laquelle il y a trois personnes qui sont réellement, véritablement et éternellement distinctes, selon leurs propriétés incommunicables. Il s'agit du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Le Père est la cause, l'origine et le commencement de toutes choses visibles et invisibles. Le Fils est la Parole, la sagesse et l'image du Père. Le Saint-Esprit est la force et la puissance éternelle, qui procède du Père et du Fils.


Né vers 185 et mort vers 253, Origène fut le premier théologien à commenter l'Ecriture. Disait : Dans son "Dialogue avec Héraclides, Origène affirme l'existence de deux Dieux, rejetant la Divinité unique de Christ: «Comme les frères sont offensés par l'affirmation qu'il y a deux Dieux, nous devons formuler cette doctrine avec prudence... Car notre but est d'infiltrer cette doctrine peu à peu dans leurs oreilles.». Belle mentalité…


Préambule historique


Il est important de rappeler que, ni le mot « Trinité », ni le mot « Tri-unité » ni le mot « personne » au sujet de Dieu, ne sont présents dans la bible, ni en langue hébraïque, ni en langue grecque. Nous verrons plus loin que le mot grec « hypostase » est parfois mal traduit par le mot « personne » ce qui provoque les fausses d'interprétations si utiles au système romain.


Avant cette date Dieu était Esprit comme la bible l'enseigne, c'est Tertullien, né en 165 à Carthage et mort en 225, qui fut le premier à utiliser l'expression latine « tres personae ». Avant lui il n'y avait qu'un seul Dieu omniprésent et venu sur terre en Yeshoua Ha Mashiah.


Dans l'Eglise romaine, le dogme d'une Trinité en trois personnes distinctes a été formulé officiellement aux IVe et Ve siècles par les conciles de Nicée (325) et de Constantinople (381) dans des « symboles » (confessions de foi), auxquels s'ajoute celui attribué (à tort) à Athanase d'Alexandrie, rédigé entre 430 et 500.


C'est surtout pour des raisons politiques, que la hiérarchie ecclésiastique romaine a formulé l'idée de « trois personnes distinctes » en Dieu ! Essentiellement pour mettre fin à d'âpres disputes, entre diverses factions du christianisme qui déchiraient l'empire Romain. Ce Dogme basé nous le verrons sur un seul mot mal traduit, l'a emporté parce que les autorités politiques l'ont imposé de force.

Il faut savoir qu'a partir du second siècle, les églises s'étaient peuplées d'une majorité d'ancien païens qui ne parlaient pas l'hébreu et dont certains se retrouvèrent à la tête de communautés chrétiennes. Il faut bien dire que la présence dans ces assemblées d'une seule personne d'origine juive et parlant l'hébreu mettait constamment en difficulté ces dirigeants qui ne connaissaient pas grand-chose ni a l'hébreu, ni aux traditions d'Israël.

Ils ne savaient pas par exemple calculer la date des fêtes de YHWH comme la pâque et devaient pour ce fait demander à un Rabbin de bien vouloir leur indiquer ces dates.

Ce dogme de « personnes distinctes » venait à point nommé consolider la doctrine du remplacement d'Israël par l'Eglise car il rejette de facto les juifs, qui ne peuvent se convertir à trois Personnes distinctes représentantes de la Divinité puisque YHWH dit : « Exode 20 :3 Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face.


Poursuivons notre recherche dans la bible


Il est important de rappeler le premier commandement de YHWH (Dieu) : Qui ordonne en Exode 20 :3 Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face.


Puis en  Deutéronome 6 :4

En hébreu   Shema Yisra'el  YHWH elohénou YHWH ea

En français  écoute, Israël,  YHWH est notre élohim (Dieu), YHWH est un.


YHWH est UN


Ces deux versets disent plusieurs choses :


- Ils disent  que Dieu parle.

- Ils affirment aussi que YHWH (L'Eternel) n'est pas partagé, que YHWH n'est pas divisé en    

  lui-même, puisqu'il n'est pas plusieurs, mais unique, même s'il est omniprésent.

- Ils disent donc que YHWH n'a pas plusieurs avis divergents et qu'il n'a donc qu'une parole.

- Ils disent donc que certes YHWH transcende le Père fils et Esprit dans son omniprésence,

  mais qu'il n'est pas divisible en trois personnes ou trois individualités distinctes les une

  des autres.


Si Dieu est un, ce qu'il dit est donc cohérent et intelligible


Nous voyons aussi que YHWH a plusieurs attributs :

- qu'il est vivant  Josué 3:10 El-Haï  (Dieu vivant)

- qu'il est omniscient Psaume 147 :5  Son intelligence n'a point de limite.

- qu'il est omniprésent  YHWH-Shamah (qui se traduit par YHWH -est-là)

- qu'il est omnipotent, c'est-à-dire TOUT PUISSANT. El-Shaddai Genèse 17:1-3.

- qu'il est le père créateur de toute chose (et l'homme à son image à sa ressemblance)


Malachie 2 :10 N'avons-nous pas tous un seul père ? N'est-ce pas un seul élohim (Dieu) qui nous a créés ?


- qu'il est Esprit  Genèse 1:2  l'esprit de Dieu  se mouvait au-dessus des eaux.


YHWH étant « un » et omniprésent à la fois, aucune forme d'anthropomorphisme ne pourrait le décrire parfaitement


Le Nom de Dieu qui est YHWH nous indique le chemin à suivre


Il se traduit par « être » ou « étant » sans notion de temps.

Ceux qui traduisent le Nom de Dieu par « je suis » savent que le présent n'existe pas en hébreu et qu'en utilisant le présent de « Je suis » ils renforcent  l'idée d'une « personne » qui « est dans le présent », ce qui est faux car Dieu est beaucoup plus qu'une simple personne qui habiterait dans le temporel horloger, qu'il a lui-même crée et qui ne peut le contenir car il est Esprit.


Il est donc comme nous l'avons dit, Vivant, Omniscient, Omnipotent, et Omniprésent, et hors du temps, ce qui signifie conformément à la parole, que Dieu est Esprit car si il était une « personne » localisée et plus ou moins physique, il ne pourrait être à plusieurs endroits à la fois, et si il n'était pas hors du temps, il ne pourrait connaître d'un « regard » le passé et l'avenir qui ne sont devant lui qu'un « éclair ».

Genèse 1:2  l'esprit de Dieu  se mouvait au-dessus des eaux.

Jean 4:24  Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent, l'adorent en esprit  et en vérité.


Le nom de Dieu évoque la croix, le père, le Fils, la main, et le clou !


Le Nom de Dieu YHWH, s'écrit avec les lettres hébraïques : HE, WAV, HE, YOD (lire de droite à gauche), Mais il faut savoir, que chaque lettre de l'alphabet hébreu a une image symbolique qui lui est associé.


  

Le YOD

-י-

Est le symbole de la main

Y en lettres latines

Le HÈ

-ה-

Est le symbole de l'ESprit

H en lettres latines

Le WAV

-ו-

Est le symbole du clou

W en lettres latines

Le HÈ

-ה-

Est le symbole de l'ESprit

H  en lettres latines



Un bel exercice : Vous remarquerez qu'en hébreu le Wav est un petit crochet suivit d'un trait vertical, comme le Yod mais un peu plus long. Et que la lettre HE est présente deux fois.


Maintenant regardez le Tétragramme en lettres hébraïques HE, WAV, HE, YOD, (lire de droite à gauche), si vous superposez les deux premières lettres sur les deux secondes (le YOD sur le WAV et les deux HÈ l'un sur l'autre) vous vous rendrez compte que rien ne dépasse.

Que la lettre « WAV clou » est dans la lettre « YOD main » et qu'enfin les deux lettres « HE Esprits » ne font plus qu'une.


Nous voyons dans le Nom de Dieu, l'Esprit du Père et du Fils, ne faire qu'un, car ils sont intimement liés dans un seul et même merveilleux NOM. Nous y voyons également une évocation prophétique du salut en Yeshoua Ha Mashiah, avec le clou et la main, qui désignent depuis l'éternité d'avant le temps, la croix du Golgotha !


Qu'a dit Jésus ? Jean 14 :10 Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que  je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; et le Père qui demeure en moi, c'est lui qui fait les oeuvres.


Il faut vraiment avoir des lunettes à verres déformants pour ne pas accepter les simples paroles de ce verset, qui disent bien que c'était LE PÈRE QUI AGISSAIT EN YESHOUA !


Colossiens 1:15  Il (Yeshoua) est l'image du Dieu invisible, le premier-né < prototokos 4416> de toute la création.


Nous avons ici une traduction empreinte de doctrine romaine. En effet le mot Prototokos vient du préfixe PROTO qui signifie « premier » et TOKOS qui se traduit par « produire ». Hors il y a une différence notable entre faire naître un être vivant, qui devient donc une personne distincte et indépendante et produire une œuvre comme un plan, un processus, ou un simple arbre qui ne sont pas des personnes.


La suite de ce passage nous éclairera encore plus


Colossiens 1:16  Car en lui (Yeshoua qui est Dieu) ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui.


Lisons bien ! La création a été faite « en Lui » « par Lui » et « pour Lui »


Si Yeshoua Jésus était une personne Distincte, il ne serait pas dit que la création a été faite « EN LUI » car  il y aurait une contradiction entre Genèse 1 :1 Au commencement Dieu créa les cieux et la terre... Colossiens 1 :6 Tout a été créé en luipar lui et pour lui.


Ce qui implique que celui venu sur terre il y a deux mille ans, et qui habitait le Corps de la personne physique de Yeshoua était l'expression de tout ou partie du Dieu YHWH et non une personne.

Le Corps de Yeshoua fut donc la représentation des deux natures de l'enfant de Dieu, l'une qui est faite de chair physique qui peut souffrir et l'autre qui est esprit.


Yeshoua dit en Jean 6:63  C'est l'esprit qui vivifie; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous dis sont esprit et vie.


Le Corps physique de Yeshoua Ha Mashiah (Jésus-Christ) était bien une personne distincte et indépendante des autres, mais Yeshoua lui-même nous dit, que nous ne devons pas nous baser sur ce fait pour distinguer Son Corps spirituel de Yeshoua de Dieu en utilisant l'idée de personne distincte.


Certains diront « Mais la bible nous dit que Dieu est une personne ? »

« Lisez simplement l'Epître aux Hébreux ! »


Ils ont raison, dans bien des traductions nous pourrions lire que Dieu est une « personne ».


Oui mais dans un seul verset mal traduit !

Et de manière tendancieuse, ce qui est très loin d'être suffisant pour en faire une doctrine !


Hébreux 1 : 1 à 3 Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde et qui, étant le reflet de sa gloire et l'empreinte de sa personne hupostasis>


Voici la traduction du mot grec « Hupostasis »,  HYPOSTASE en français


Etudions de plus prêt le mot « HYPOSTASE » qui est traduit dans ce verset et dans plusieurs versions de la Bible par « personne ou assurance » ce qui représente un véritable grand écart linguistique, sans aucun rapport avec l'étymologie de ce mot.


« HYPOSTASE ou Hupostasis »  se décompose en deux mots grecs HYPO et STASE


HYPO  est un préfixe qui vient du grec signifiant littéralement « en dessous » comme l'hypotension est une tension trop basse. Mais qui dans un sens plus large se traduit par « élément primordial ». Ici et s'agissant de Dieu qui n'est en dessous de personne, la bonne traduction serait plutôt « l'essence originelle ».


STASE est lui aussi un mot d'origine grecque et se traduit par « immobilité absolue » que nous pourrions traduire par « la plénitude de la divinité »

C'est d'ailleurs la description qu'en faisait Paul de Yeshoua (Jésus°

Colossiens 2:9  Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité.


HYPOSTASE  se traduit donc lorsqu'on parle de Dieu, par : « la plénitude de l'essence originel Divine »


Il y a donc qu'un seul « hypostase » ou «plénitude de l'essence originel Divine » décrites dans la bible sous au moins trois « aspects » différents, et non trois personnes individuelles et distinctes qui pourraient, si l'ont poussait l'erreur, être en désaccord entre elles.

YHWH est donc « la plénitude de l'essence originel de l'Amour et de la Vie »

Nous voyons également que ce mot Hypostase, n'a aucun rapport étymologique même très éloigné avec les mots « personne ou assurance » utilisés dans trop de traductions, qui ne cherchent que la cohérence de la phrase traduite avec leurs propres convictions !


Voyons maintenant le mot « METASTASE »


META est un préfixe d'origine grec qui signifie « au-delà de, plus loin »


Bien loin du cancer et dans un sens très positif, nous pouvons dire que Yeshoua était la METASTASE de Dieu ou une partie de l'essence Divine venue en chair.


Colossiens 2:9  Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité.


C'est pourquoi en Jean 14:6  Jésus a dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.


Yeshoua (Jésus) n'a pas dit « je vous montre le chemin, je dis la vérité, je vous communique la vie, marchons ensemble vers le Père ».


NON !  Il a dit Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.


Ce qui implique que le Corps physique de Yeshoua était le réceptacle de « la plénitude de l'essence originel de l'Amour et de la Vie » la Métastase ou partie de Dieu.


Ce qui est vrai pour les enfants de Dieu, était encore plus vrai pour Yeshoua


Paul nous dit : 1 Corinthiens 6:19  Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit, qui est en vous, et qui vous a été donné de Dieu, et que vous n'êtes point à vous-mêmes ?


C'est  précisément ce que nous devrions comprendre. Le Corps physique de Yeshoua était le véhicule charnel de la plénitude de la Divinité et non pas une personne distincte comme l'affirme certains.


Voyons maintenant le Beau Nom de Yeshoua Emmanuel


Le nom de quelqu'un porte toujours une signification profonde ? Il est le reflet même de celui qui le porte, son parfum en quelque sorte ! D'ailleurs, le mot « nom » en hébreu, se dit « shem » et a la même étymologie que « shemen » qui désignait l'huile parfumée utilisée dans le service du culte divin.


Emmanuel


Esaïe 7:14  C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, Et elle lui donnera le nom d'Emmanuel < Immanuw'el 06005>. Nom qui se traduit par « Dieu avec nous ».


Matthieu 1:23  Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d'Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous.


Dieu est immanence et transcendance


La spiritualité grecque sépare la transcendance, de l'immanence ce qui n'est pas le cas de Dieu qui réunit ces deux caractéristiques.


Dictionnaire :

L'immanence est un terme philosophique qui, en parlant d'une chose ou d'un être, désigne le caractère de ce qui est son principe en lui-même, ou de sa propre « essence » en soi-même, par opposition à la transcendance, qui indique une cause extérieure et supérieure.


Le Dieu YHWH, son Saint-Esprit et son Messie Yeshoua (Jésus) viennent réunir ces deux idées.  Ils sont de la même substance et partout à la fois, comme Yeshoua fut présent sur terre il y a deux mille ans, alors que le Saint-Esprit descendait sur lui sous la forme d'une colombe et que Dieu le Père était dans le ciel de gloire.


Un frère en christ m'a posé un jour cette question : «  pourquoi la bible dit-elle que le Messie doit s'appeler Emmanuel et que l'ange demande qu'il se nomma Yeshoua (Jésus) ? »


Ce qui provoque cette question réside dans le fait qu'Immanuw'el, est devenu le prénom « Emmanuel »  qui est en réalité l'expression hébraïque pour désigner l'immanence de Dieu lui-même, c'est-à-dire son parfum, que nous retrouvons en hébreu sous le nom de « Shekina » qui désigne la lumière, la Gloire divine, la manifestation de Dieu qu'on ne voit pas mais dont on peu ressentir le parfum de sa Sainte Présence.


Sans avoir trouver de preuve suffisante, Vous n'êtes pas sans remarquer, que ces deux mots  Emmanuel et Immanence ont quelque chose d'infiniment proche, ce qui n'est certainement pas un hasard. Nous invitons donc tous nos lecteurs à nous communiquer le fruit de leurs recherches sur ces deux mots.


Yeshoua


Yeshoua (Jésus)  parlant de lui-même dit ceci à l'Apôtre Jean

Apocalypse 1:17,18 Ne crains point ! Je suis le premier et le dernier, et le vivant. J'étais mort ; Et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clefs de la mort et du séjour des morts. 


Il dit aussi : Apocalypse 22:13 Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. 


Le Beau Nom de « YESHOUA » qui signifie « le Dieu Yahvé est salut » n'est pas comme les autres noms car par sa portée, il exhale l'essence même du Dieu trois fois Saint !


Certains pourraient rétorquer que d'autres ont portés ce nom et ils auraient raison, mais

Le prophète Isaïe, sous l'inspiration divine n'avait-il pas dit : Isaïe 9 : 5 Car un enfant nous est né, un fils nous est donné et la domination reposera sur son épaule, on l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu Puissant, Père Eternel, Prince de la paix. 


Les chose sont évidentes Esaïe en 9 :5 complétait simplement ce qu'il avait déjà dit en Esaïe 7 :14 en nommant le Messie du nom d'Immanuw'el (Emmanuel)


Yeshoua (Jésus) est donc la présence visible du Dieu invisible, manifesté dans la chair puisqu'il dit: Jean 14:10 Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ?

Le Corps de Yeshoua était pleinement celui d'un homme, mais il était aussi le contenant visible de la présence de l'Esprit de Dieu et donc pleinement Dieu.

Évidemment, selon Jésus lui-même, le Père ne cessa pas d'être Père quand il devint Fils car selon le verset, il est dans le Fils et le Fils est en Lui. Ce qui n'empêchait pas Dieu d'être à la fois en Yeshoua et dans le ciel de gloire en un même « non temps » puisque Dieu vit hors du temps.


Comprenons bien qu'il ne s'agit pas de deux « personnes » car le Père qui est Dieu est Esprit tandis que le Fils est chair.


Jean 14:10 Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ?

Comment expliquer ce verset si le mot «personne» se rapporte uniquement à un être individuel et non à un esprit incorporel immanent et transcendant. En d'autres termes, le Père qui est Esprit est la nature Divine immatérielle le Rouah hakodesh, qui réside en Christ, tandis que la chair du Seigneur qui avait faim et qui pouvait souffrir, était son enveloppe corporelle.


Conçu de Dieu Ou envoyé de Dieu


Matthieu 1:20  Comme il y pensait, voici, un ange du Seigneur lui (a Joseph) apparut en songe, et dit : Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l'enfant qu'elle a conçu, vient du Saint-Esprit...


Lisez bien, Il n'est pas écrit sera « conçu » du Saint-Esprit, mais il est clairement écrit que le Messie Yeshoua « vient » du Saint-Esprit, ce qui implique sa préexistence.


Dans son credo l'église romaine dit ceci : Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre ; et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie,


NON ! Yeshoua vient du Saint-Esprit de Dieu, mais son Corps enveloppe physique a été conçu comme tous les êtres humains dans le ventre de Marie sa mère.


Yeshoua (Jésus) n'est pas une créature ou un envoyé de Dieu, il est l'expression de Dieu lui-même.


1 Jean 4:9  L'amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui.


Ce verset avec le mot traduit par « unique » vient confirmer ce que nous venons d'étudier. Yeshoua était le « monogene » de Dieu c'est-à-dire de la propre nature unique de Dieu et pas une personne différente et individuelle.


Mais Jésus est le Fils unique de Dieu rétorquerez-vous, et un fils est donc une nouvelle personne, de plus selon Psaume 2 :7 Christ a été engendré.


Psaumes 2:7 et 8  Je publierai le décret; L'Eternel m'a dit : Tu es mon fils ! Je t'ai engendré aujourd'hui. Demande-moi et je te donnerai les nations pour héritage, Les extrémités de la terre pour possession.


Effectivement ce passage évoque prophétiquement la venue du Messie Yeshoua Ha Mashiah, mais nous voyons qu'il y a un jour d'engendrement, ce qui entre en parfaite contradiction avec le fait que le Messie existait avant même la création et avant que le temps ne fut crée.

En effet si le Messie Yeshoua Jésus était une personne Distincte et engendré un certain jour, il ne serait pas dit de Lui, que la création a été faite « En Lui, par lui et pour lui » Colossiens 1 :6


Jean 1 : 1à 6  Au commencement était la Parole, la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. 2  Elle était au commencement avec Dieu. 3  Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait, n'a été fait sans elle. 4  En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. 5  Et la lumière a luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue.


Jean 1 : 12 à 14   Mais à tous ceux qui l'ont reçu, il leur a donné le droit d'être faits enfants de Dieu, savoir, à ceux qui croient en son nom, 13  Qui ne sont point nés du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu.

14  Et la Parole a été faite chair, et a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père.


Le mot « engendré » ne signifie donc pas ici crée, mais envoyé sur terre un certain jour qui est celui de la naissance physique de YESHOUA.

Le Dieu YHWH a certes engendré le ministère de salut un certain jour, mais il n'a pas engendré Yeshoua, qui est de sa propre nature Divine.


Le mot Fils chez les hébreux

Il faut savoir que chez les hébreux le mot « fils » était employé pour désigner non seulement un fils génétique, mais aussi un élève par rapport à son maître, un apprenti par rapport à son patron, un adepte d'une idée comme les fils de la rébellion (Colossiens 3:6).


Nous voyons d'ailleurs que Dieu a plusieurs fils, puis que la bible abonde de fils créatures de Dieu comme en Genèse 6:2  les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes  parmi toutes celles qu'ils choisirent.

Psaumes 89:6  Car qui, dans le ciel, peut se comparer à l'Eternel ? Qui est semblable à toi parmi les fils de Dieu ?


Yeshoua fils « unique » de Dieu ne doit donc pas être interprété comme le prolongement filiale de Dieu, mais comme l'expression de l'essence « monogene » de Dieu, de sa parole ou de son Esprit, de son Amour et non d'une créature quelconque.

La chose est donc claire « Un fils nous est donné » affirme que l'Esprit de Dieu vient vers nous !


La preuve par l'hébreu


Esaïe 4 :2 En ce temps-là, le germe de YHWH (l'Eternel) Aura de la magnificence et de la gloire…

Le mot « germe » est ici en hébreu le mot « tsemach » qui se traduit par pousse ou germe et qui ne doit pas être confondu avec le mot « zera » qui se traduit par spermatozoïde.


Le « Tsemach » (le germe de YHWH) doit donc être compris comme l'apparition de tout ou partie de l'essence de YHWH.


Esaïe 9 :6 (9-5) Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule ; On l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.


Le Corps de Yeshoua (Jésus) était donc l'enveloppe visible du Dieu YHWH invisible, car il est l'essence, l'Esprit et donc la Parole de Dieu manifesté dans la chair.


Apocalypse 19:13  et il était revêtu d'un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu. « Parole » et donc parfum de l'Esprit comme nous venons de le voir avec le mot Emmanuel.


Éphésiens 4:4  Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation


Il n'y a aucun doute que la doctrine de la Trinité en trois « personnes distinctes » est la tentative de l'homme de résoudre l'inconcevable incarnation de Dieu. En ce faisant, ce mot et cette idée de trois « personnes distinctes » n'a fait que changer le mystère en absurdité.


Avec cette idée rien n'est compréhensible car :


- Si Dieu est trois personnes distinctes alors trois personnes se sont incarnées dans la chair et non une seule (Jean 1:14; 1 Timothée 3:16).

- Si chaque personne est Dieu et qu'il y a trois personnes en Dieu, il y aurait donc trois personnes en chaque personne, et ainsi de suite à l'infini.

- Si le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont trois personnes distinctes, chaque chrétien a trois personnes en lui (2 Corinthiens 6.6; 13.5; 1 Corinthiens 6.19).

- S'il y a trois personnes, chacune a ressuscité Yeshoua (Actes 13.30; Rom. 8.11; Jean 2.19).

- Si Christ et Dieu sont deux personnes séparées, il y a deux Églises séparées, car l'Église s'appelle l'Église de Dieu, et aussi l'Église de Christ.

- Si le Saint-Esprit et Dieu sont deux personnes distinctes, Yeshoua (Jésus) a deux Pères. Dieu est Son Père, et le Saint-Esprit est Son Père (Mat. 1.18; 16.16). De plus, Jésus Lui-même est appelé Père éternel, dans Ésaïe 9.5, ce qui fait que nous aurions trois Pères.

- S'il y a trois personnes distinctes nommées chacune Dieu, il y a donc trois Dieux distincts, ou alors, chacune d'elles n'est qu'un tiers de Dieu. Ce qui est contraire au premier commandement.

- S'il y a trois personnes co-égales, Ésaïe a eu une fausse vision quand il a dit: Esaïe. 40.25 A qui me comparerez-vous, pour que Je lui ressemble ? dit le Saint.

- S'il y avait trois personnes distinctes, il devrait y avoir trois noms distincts: or, il n'y a qu'un Nom qui est au-dessus de tous nom, à savoir Yeshoua (Jésus) Nom qui signifie Yahvé sauve unissant ainsi en un seul merveilleux Nom, Christ et Dieu. (Philippiens 2:9-11). Père n'est pas un nom propre, Fils n'est pas un nom propre, Saint-Esprit n'est pas un nom propre.

Contrairement à ce que beaucoup croient, Pierre ne s'est pas trompé lorsqu'il dit sous l'inspiration du Saint-Esprit, le jour de Pentecôte: Actes 2.38 Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au Nom de Jésus-Christ pour le pardon de vos péchés…


Jésus-Christ a embarrassé le monde aux jours de Son incarnation, et Il l'embarrasse encore aujourd'hui. Les Juifs l'ont rejeté «car Lui, un homme, s'est fait Dieu» (Jean 10.33). Ils Lui demandaient constamment: «Qui es-tu ? Que dis-tu de toi-même ? Quelle sorte d'homme est celui-ci ? D'où lui vient sa sagesse ? Es-tu le Fils de Dieu ? Es-tu le roi des Juifs ? D'où es-tu ? Comment cet homme connaît-il les Écritures, n'ayant jamais étudié ? Qui est-il pour pardonner les péchés ?». Aujourd'hui encore, le monde est dans l'embarras. parce que le Nom de Yeshoua (Jésus) est grand et merveilleux et surpasse tout autre nom.

 

Jean nous a mis en garde quand il a dit: «Tout esprit qui ne confesse pas Jésus-Christ venu en chair n'est pas de Dieu; et ceci est l'esprit de l'antichrist…».


La chose devient encore plus évidente si nous remplaçons Jésus-Christ par son véritable nom hébreu et sa traduction.


«Tout esprit qui ne confesse pas Yeshoua Ha Mashiah (Yeshoua Ha Mashiah se traduit par « Yahvé sauveur le oint qui parle ») venu en chair n'est pas de Dieu; et ceci est l'esprit de l'antichrist…».

Le mot « Mashiah traduit par oint » fait référence à l'huile sainte qui flotte sans se mélanger sur l'eau des aberrations humaines. Bien sûr que le Messie n'avait pas besoin d'être oint par un petit sacrificateur du Temple car il était lui-même l'huile de sainteté qui est venue dans le monde et que le monde n'a pas souillé puisqu'il est Dieu.


Le verset pourrait donc se traduire par ceci : « Tout esprit qui ne confesse pas Yahvé sauveur l'huile qui parle venue en chair n'est pas de Dieu »


Même chose pour 1 Jean 4.2 2  Reconnaissez à ceci l'Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Yeshoua Ha Mashiah (Jésus-Christ) venu en chair  est de Dieu


Le passage de 1 Timothée 3.16 dit aussi que Dieu a été manifesté en chair.


En rapprochant ces deux textes, nous trouvons que Jésus-Christ était Dieu, le Père éternel venu en chair; Le placer sur un autre plan que celui de Dieu tout-puissant et Seigneur de toute la terre, c'est joindre les rangs des forces de l'Antichrist.


En Jésus-Christ habite toute la plénitude de la Divinité (Colossiens 2 :9; Actes 2 :38; 8 :12,17; 10 :44-48; 19 :1-6; Colossiens 3 :17).


 Dieu est Amour, Père et Grand Juge impartial ce qui est contre l'Idée de trois personnes distinctes


Posons les bases de notre réflexion


YHWH (L'Éternel) Dieu est le Grand Dieu Créateur, le Grand juge impartial et inflexible qui nous juge selon sa parole, mais il est aussi notre Père Céleste qui nous aime selon la profondeur insondable de son Amour, avec un grand A !


Voici donc la question fondamentale : 

Comment le Créateur de toute chose, qui en est aussi le Seigneur TOUT PUISSANT, le Juge, avec un grand J,  incorruptible et parfait. Comment le Dieu d'Amour peut-il juger impartialement ses propres créatures et enfants qu'il Aime plus que tout ?

Alors que Dieu le Grand Juge Incorruptible, a lui-même promulgué cette loi qui déclare que «  le salaire du péché c'est la mort ! » 


Le problème est que si Dieu le Père nous pardonnait parce que nous sommes ses créatures, se serait une sorte de favoritisme et Dieu le juge, ne serait plus un juge, ni équitable, ni impartial ! Et si Dieu le Juge incorruptible nous condamnait sans intervenir pour nous sauver, nous ne pourrions plus dire que Dieu est amour et qu'il nous aime comme Père céleste !

D'autant que la Bible inspirée de Dieu déclare elle-même : 2 Chroniques 19 : 7  car il n'y a point d'iniquité dans l'Éternel notre Dieu,  ni d'acception de personnes,....   

(Le mot "Acception" est un synonyme du mot favoritisme.)


Comment sortir de cette impasse ?


C'est là qu'intervient le Grand Amour de Dieu le Père qui a tant aimé chacun d'entre nous qu'il a donné son Fils unique, Jésus-Christ  (qui est en réalité une partie de lui-même), pour porter nos péchés et mourir à notre place. Romains 5:8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Jésus-Christ est mort pour nous. 

Nous avons vu que le vrai nom en hébreu de Jésus-Christ est Yeshoua Ha Mashiah qui se traduit par: le Dieu Yahvé Sauveur Huile. Yeshoua (Jésus) est donc plus qu'un simple fils engendré, il est l'émanation de Dieu lui-même qui a souffert la croix.

C'est pourquoi nous pouvons dire que Dieu c'est appliqué à lui-même sa propre sentence  et qu'il est donc bien le Grand Dieu d'Amour !


Le Saint-Esprit est-il une personne distincte


Nous avons vu que le mot grec « Hupostasis », Hypostase en français qui est traduit de par le mot « personne » dans le but de soutenir la doctrine des « trois personnes distinctes », n'est employé qu'une fois dans le seul verset d'Hébreux 1 : 1 à 3.


Il n'y a donc aucun verset qui pourrait évoquer de près ou de loin le Saint-Esprit de Dieu, sous l'indépendance d'une « personne distincte ».


Aussi, comme le Corps physique de Yeshoua était le véhicule ou vecteur charnel de la plénitude de la Divinité, le Saint-Esprit est le vecteur spirituel de la plénitude de la Divinité, et non une « personne distincte » comme certains l'affirment.


Dieu parle par son Saint-Esprit qui est donc l'expression de sa parole.


Luc 1:67  Alors Zacharie son père fut rempli du Saint-Esprit, et il prophétisa,


Luc 12:12  Car le Saint-Esprit vous enseignera en ce même instant ce qu'il faudra dire.


Son ou le

Vous remarquerez dans l'Ancienne Alliance (Ancien Testament)


Que lorsque la bible évoque l'esprit de Dieu il s'agit toujours de l'Esprit personnel de dieu et non de Son Saint-Esprit, comme on parlerait de son ami ou son fils.

Alors que dans la Nouvelle Alliance (Le Nouveau Testament) on parle du Saint-Esprit comme d'une personne distincte et donc individuelle. 


Voici un exemple :

Marc 1:8  Moi, je vous ai baptisés d'eau ; lui, il vous baptisera du epsilon upsilon 1722> Saint- Esprit.


Mais le mot grec « Ev epsilon upsilon » peut se traduire par les prépositions suivantes « en »« par »« avec » et pas avec le déterminant « du » qui instille l'idée d'une personne distincte.


Marc 1:8  Moi, je vous ai baptisés d'eau ; lui, il vous baptisera en, avec ou par le Saint-Esprit personnel de Dieu.


Ici encore la bible nous parle uniquement de l'Esprit de Dieu et non pas d'une personne distincte.


Un verset fondateur de la foi chrétienne qui éclairera notre sujet


Matthieu 28:19  Allez donc et instruisez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit


Peu de chrétiens connaissent le tétragramme du nom de Dieu YHWH qui se prononce Yahoué ou Yahvé, car il a été consciencieusement caché sous le mot « Eternel ».

De plus en plus nombreux sont ceux qui connaissent le véritable Nom de Jésus qui est Yeshoua, et notre site prend part à cette reconnaissance.


La question est de savoir, quel est le Nom du Saint-Esprit, pour accomplir parfaitement ce commandement de Yeshoua, de baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ?

 

D'abord il faut savoir ou découvrir que le Saint-Esprit de Dieu était présent, en mouvement et agissant sur terre depuis toujours. 


« Saint-Esprit » se compose de deux mots hébreux Rouah pour Esprit et Qodesh pour Saint.


Genèse 1:2  La terre était informe et vide : il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux.


Psaumes 51:11Ne me rejette pas loin de ta face, Ne me retire pas ton esprit < Rouah 07307 = Esprit > saint < Qodesh 06944 = Saint>.


Voir également : Exode 35:31, 1 Samuel 10:10,  1 Samuel 11:6, 1 Samuel 19:20,  1 Samuel 19:23, 2 Chroniques 15:1,  2 Chroniques 24:20,  Job 27:3  Job 33:4  Ezékiel 11:24 


Toujours avant la Pentecôte en Luc 3:22  Et le Saint-Esprit descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe…


Quelle différence entre avant et après la Pentecôte ?

Avant la pentecôte le Saint-Esprit de Dieu agissait principalement sur des personnes choisies prophètes et autres, et plutôt de l'extérieur alors qu'à la Pentecôte le Saint-Esprit est venu résider dans l'esprit et le cœur de tous les enfants de Dieu.


Mais tout ceci ne nous dit pas le Nom du Saint-Esprit, qui est impossible à trouver dans les écritures de la parole de Dieu et qui ne peut donc être une « personne distincte » de Dieu.


Que devons-nous en conclure pour pouvoir baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ? Qu'en réalité lorsque nous parlions de Yeshoua ou du Saint-Esprit nous parlons de métastases de l'hypostase ou de l'expression visible ou volatile, sous deux formes différentes de toute la plénitude de la divinité


En d'autres termes


Deutéronome 6 :4 Écoute, Israël, YHWH est notre élohim (Dieu), YHWH est un.


Si Dieu le Père est Esprit, Yeshoua le Fils est sa puissance créatrice, et le Saint-Esprit la force de sa parole agissante

 

Il est important de répondre aux questions


1) Si Christ est le Père, pourquoi priait-il le Père ? La prière est bien un moyen de communication entre deux personnes.

Réponse : Yeshoua (Jésus) priait le Père qui était en lui et partout puisqu'il est esprit. Le Père est Esprit et non une personne qui vit en un lieu. La prière est un moyen de communication entre l'homme qui est chair et Dieu qui est Esprit.


2) Si Christ est le Père, comment l'un peut-il aimer l'autre ? (Jean 3:35, 5:20).

Puisque l'amour est une relation impliquant plusieurs personnes.

Réponse : Mauvaise approche car le Corps, le Coeur et l'intellect physique et charnel de Yeshoua n'étaient pas le  Père, mais Yeshoua totalement homme, aimait le Père qui était en Lui. L'amour de Dieu est l'expression d'une disposition de renoncement, qui se trouvait dans la manifestation de sa présence spirituelle en lui-même.


3) Comment le Fils peut-il être envoyé par le Père ?

Réponse : Le Père est Esprit, il envoie l'expression de Lui-même en se manifestant dans la chair comme Fils.


4) Si Jésus est le Père, cela signifie t-il que le Père est mort sur la croix ?

Réponse : Le Père est en Christ durant tout son ministère, même dans son sacrifice sur la croix. Dieu a versé son sang pour le rachat de ses élus (Actes 20:28), donc oui Dieu a souffert sur la croix, il a donné sa vie en rançon pour nos péchés et l'a reprise Lui-même car la mort ne pouvait le retenir puisqu'il est Lui-même la vie.

Pourquoi alors Yeshoua a-t-il dit Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné ?

Réponse : attention au mot « abandonné » car abandonner quelqu'un signifie d'une certaine façon lui tourner le dos, alors que le mot « quitté ou éloigné » évoque une séparation momentanée. L'enfant qui naît quitte le ventre de sa mère mais ne l'abandonne pas ! Nous retrouvons d'ailleurs cette phrase en Psaume 22 : 1 où le mot hébreu est « Azab » qui se traduit par « quitter ».

La preuve évidente que Dieu n'a pas abandonné Yeshoua, mais qu'il l'a seulement quitté pour quelques heures, sont les paroles même de Jésus qui dit au brigand : Luc 23:43  Jésus lui répondit (au brigand sur la croix) : Je te le dis en vérité, aujourd'hui tu seras avec  moi dans le paradis. Et donc dans la présence de Dieu.


5) Si Christ est le Père, comment peut-il être soumis au Père, sachant de même que la soumission implique une relation entre au moins deux personnes ?

Réponse : Fausse déduction. La soumission de Christ au Père est entre la chair et l'Esprit et non entre deux personnes.


6) Si Christ est le Père, alors il n'est devenu fils qu'au moment de l'incarnation. Que faire, dès lors, des versets qui affirment l'existence du Fils avant qu'il ne vienne en chair dans le monde ?

Réponse : Puisque Yeshoua est le Fils c'est-à-dire l'expression de Dieu manifestée dans la chair, il existait en tant qu'Esprit éternel  et hors du temps, avant son incarnation.


7) Dieu change-t-il ? Si Dieu a assumé le rôle de Père uniquement depuis l'incarnation, alors il y a eu une variation majeure en lui (voir Jacques 1:17)

Réponse : Dieu est Esprit, il a toujours été Père comme source ou Créateur de toutes choses, et demeurera toujours Père puisqu'il est bien plus qu'éternel. Il n'y a donc aucune variation en Lui.


8) Dans Jean, Jésus parle d'un “autre consolateur” (l'Esprit de vérité) qu'il enverra de la part du Père et que le Père enverra au nom du Fils. Comment cet Esprit serait-il un “autre” consolateur si Jésus est l'Esprit ?

Réponse : L'apôtre Paul dit clairement dans Romains 8:9,10 que l'Esprit de Dieu est l'Esprit de Christ qui vient habiter en nous, et dans 2 Corinthiens 3:17 il dit que «le Seigneur est l'Esprit». Nous ne connaissons plus Christ selon la chair (2 Corinthiens 5:16).


9) Que comprendre que Christ soit « à la droite de Dieu » ?

Réponse : La droite de Dieu est une expression figurative qui signifie «la puissance de Dieu».


10) Auprès de qui Christ intercède-t-il ? (Rom 8:34)

Réponse : Intercéder signifie «intervenir» et par son sacrifice sur la croix Christ intervient en notre faveur devant le Père qui demeure en Lui en Lui payant la rançon pour nos péchés.


11) Auprès de qui l'Esprit intercède-t-il ? (Rom. 8:26)

Réponse : L'Esprit intervient en notre faveur «par des soupirs qui ne peuvent s'exprimer». Il est Celui qui anime nos prières, il ne s'agit donc pas d'une intercession entre deux personnes, mais d'une intervention divine de la part de Dieu envers ses élus.


12) Christ et selon psaume 2 :7 a été engendré Psaumes 2:7  Je publierai le décret; L'Eternel m'a dit : Tu es mon fils ! Je t'ai engendré aujourd'hui.

 

Or, à Celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment plus que tout ce que nous demandons et que nous pensons; à Lui soit la gloire de la convocation à renaître en Jésus-Christ, dans tous les âges, aux siècles des siècles! Amen. ! (Éph. 3:20,21)


A Yeshoua Ha Mashiah seul soit la Gloire