[./index.html]
[./bible.html]
[./vocabulaire.html]
[./les_noms.html]
[./pdf.html]
[./plan_du_salut.html]
[./meditations.html]
[./videos.html]
[./propheties.html]
[./histoire.html]
[./biblio.html]
[./infos.html]
[http://remacle.org/bloodwolf/historiens/Flajose/intro.htm]
[#ANCHOR_Text6]
[#ANCHOR_Text9]
[#ANCHOR_Text11]
[./propheties_4.html]
[#ANCHOR_Text12]
[./histoire_2.html]
[#ANCHOR_Text3]
[#ANCHOR_Text14]
[Web Creator] [LMSOFT]
  Cantique de L'Olivier Franc

.Histoire, Présent et Avenir du  Peuple de Dieu.

Historique,  méditations, actualités et Prophéties Bibliques
Tournez la Page
Histoire et doctrines
Les conciles qui ont forgé une vision de la Foi

Les Protestants ne reconnaissent que les 4 premiers conciles
 et les chrétiens Messianiques que le premier.
Dieu a t il choisi certains parmi ceux qu'il a rejeté

(Etude sur la prédestination individuelle)

Dieu veut-il que tous les hommes soient sauvés !
Si vous vous posez cette question c'est probablement que vous êtes la victime inconsciente de la doctrine romaine du remplacement d'Israël par l'Eglise romaine.

Un peu d'histoire sur l'origine de la croyance en une prédestination au salut

Cette idée de prédestination absolue au salut parfaitement contraire à celle d'un Dieu d'Amour, qui souhaiterait que tous les hommes soient sauvé (1 Timothée 2:4), a été mis en forme au 5ème siècle de notre ère, dans le christianisme occidental, par saint Augustin dans le conflit qui l'opposait au moine Pélage sur la façon d'obtenir le salut. Mais peu de chrétiens savent que cette idée de prédestination absolue au salut reprise au 16ème siècle par Calvin, avait été condamnée avec vigueur par le concile d'Orange en l'an 529.
C'est Jean Calvin qui établit les contours de cette idée de prédestination au début du protestantisme. Pourtant dans un chapitre de l'institution de la religion chrétienne ; À un paroissien qui lui demandait s'il serait damné, Calvin répondait ceci : « Sur ton salut, je ne me fais pas de souci, c'est le mien qui me tourmente »…  Il semblerait que Calvin n'était pas très sûre de sa doctrine le concernant Directement ?

Avant d'aller plus loin une pose à l'ombrage de l'Olivier Franc nous rafraîchira.

L'olivier franc

Avant d'aborder cette étude d'une éventuelle prédestination des sauvés, il est nécessaire de constater que Dieu n'a pas deux peuples, mais un seul peuple représenté en Romains 11 sous l'image symbolique et prophétique d'un Olivier !
Quelques versets

Romains 11 :1 à 25  Je demande donc: Dieu a-t-il rejeté son peuple ? Nullement; car je suis moi-même Israélite, de la postérité d'Abraham, de la tribu de Benjamin.
Dieu n'a point rejeté son peuple qu'il a connu d'avance. Ne savez-vous pas ce que l'Écriture rapporte d'Élie, comment il adressa à Dieu cette plainte contre Israël :
3  Seigneur, ils ont tué tes prophètes, et ils ont démoli tes autels; et je suis demeuré seul, et ils cherchent à m'ôter la vie?
4  Mais que lui dit la réponse divine? Je me suis réservé sept mille hommes, qui n'ont point fléchi le genou devant Bahal.
Il y en a donc aussi qui ont été réservés en ce temps, selon l'élection de la grâce.
6  Or, si c'est par grâce, ce n'est plus par les oeuvres; autrement la grâce ne serait plus une grâce; au contraire, si c'est par les oeuvres, ce n'est plus par la grâce; autrement les oeuvres ne seraient plus des oeuvres.
7  Quoi donc? Ce qu'Israël recherche, il ne l'a point obtenu, mais les élus l'ont obtenu, et les autres ont été endurcis,
Selon qu'il est écrit: Dieu leur a donné un esprit d'étourdissement, des yeux pour ne point voir, et des oreilles pour ne point entendre, jusqu'à ce jour.
9  Et David dit: Que leur table leur soit un filet et un piège, une occasion de chute, et leur salaire;
10  Que leurs yeux soient obscurcis pour ne point voir, et que leur dos soit courbé continuellement.
11  Je demande donc: Ont-ils bronché, afin de tomber? Nullement ! Mais le salut est venu aux Gentils par leur chute, afin de les exciter à la jalousie.
12  Or, si leur chute a été la richesse du monde, et leur diminution la richesse des Gentils, combien plus le sera leur conversion entière ?
13  Car je vous le dis, à vous, Gentils : Étant l'apôtre des Gentils, je glorifie mon ministère,
14  Cherchant à exciter, si je puis, l'émulation de ceux de mon sang, et à en sauver quelques-uns.
15  Car, si leur rejet a été la réconciliation du monde, que sera leur rappel, sinon une résurrection des morts ?
16  Or, si les prémices sont saintes, la masse l'est aussi; et si la racine est sainte, les rameaux le sont également.
17  Mais si quelques-uns des rameaux ont été retranchés, et si toi, olivier sauvage, as été enté à leur place, et as été fait participant de la racine et du suc de l'olivier,
18  Ne te glorifie pas aux dépens des rameaux; toutefois, si tu te glorifies, sache que ce n'est pas toi qui portes la racine, mais que c'est la racine qui te porte.
19  Tu diras : Les rameaux ont été retranchés, afin que moi je fusse enté.
20  Fort bien; ils ont été retranchés à cause de leur incrédulité; mais toi, tu subsistes par la foi; ne t'enorgueillis point, mais crains.
21  Car si Dieu n'a point épargné les rameaux naturels, prends garde qu'il ne t'épargne pas non plus.
22 Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu; sa sévérité à l'égard de ceux qui sont tombés, mais sa bonté envers toi, si tu persévères dans cette bonté; autrement, toi aussi tu seras retranché.
23  Et quant à eux, s'ils ne persévèrent pas dans l'incrédulité, ils seront greffés; car Dieu a le pouvoir de les greffer de nouveau.
24  En effet, si tu as été coupé de l'olivier sauvage de sa nature, et si contre l'ordre de la nature, tu as été enté sur un olivier franc; combien plus ceux-ci qui sont les rameaux naturels seront-ils entés sur leur propre olivier ?
25  Car je ne veux pas, frères, que vous ignoriez ce mystère, afin que vous ne soyez pas sages à vos propres yeux; c'est qu'une partie d'Israël est tombée dans l'endurcissement, jusqu'à ce que toute la multitude des Gentils soit entrée dans l'Église.

Dans le verset ci-dessus Paul s'adresse aux Juifs, qui avaient une place privilégiée en tant que peuple élu, lesquels refusaient ou rechignaient à l'idée d'intégrer des païens convertis dans l'assemblée d'Israël (Refus décuplé lorsque l'Evangile leur fut annoncé) -voir Actes 13 :45-50 ; 15 :1; 17 :5 et 28 :25-29. Etc.
Dans les chapitres 9 à 11 de l'épître aux Romains, Paul traite de la question suivante : Comment concilier la position commune des Juifs (peuple élu) et des païens, en ce qui concerne l'Evangile ?

Les versets ci-dessus nous indiquent clairement que la grâce n'est aucunement limitée aux Juifs, et qu'elle est même universelle pour tous ceux qui croiraient !
Nous pourrions même dire que le plus grand plaisir de Dieu serait de greffer un maximum de rameaux sur l'olivier Franc d'Israël et même le monde entier.

La semence d'Abraham : La première chose dont se réclamaient les Juifs c'était d'être la semence d'Abraham. Auxquels Paul répondit : Romains 9 : 6 Car tous ceux qui descendent d'Israël ne sont pas Israël. D'autres comme Ismaël, Edomites ou Arabes pourraient se prévaloir de cet honneur sans être pour autant Israël.
Jacob et Esaü avaient un même père et une même mère tous les deux semence d'Abraham, et ils étaient jumeaux. Pourtant Esaü, qui était l'aîné, ne fut pas l'ancêtre du peuple de Dieu.
Déjà avant leur naissance Dieu avait dit que le plus grand serait asservi au plus petit.
Ce n'était donc pas par un droit que les Juifs avaient cette position privilégiée, mais en l'unique vertu de la grâce et de la volonté de Dieu
                                                                                                     
Dieu se créa un peuple à son service, non pour créer une race de privilégiés, mais pour lui confier la formidable mission de libérer et de sauver le monde entier !

Exode 6 :7  Je vous prendrai pour mon peuple, je serai votre Dieu, et vous saurez que c'est moi, l'Eternel, votre Dieu, qui vous affranchis des travaux dont vous chargent les Egyptiens.
Nous voyons donc qu'il ne s'agit pas, ici, d'une élection pour un privilège particulier, mais pour la liberté et nous le verrons plus tard dans le but d'effectuer une mission.

Quelle est cette mission ?
Nous avons la réponse en Jean 4 :22 Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, (les Juifs) nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.
Le peuple d'Israël fut donc élu et préordonné par Dieu pour l'œuvre spirituelle terrestre, de sauver le monde. Ce qui n'augure en rien du salut individuel de chaque juif ou hébreu ou descendant d'Abraham pour l'éternité !

D'ailleurs si l'on prend pour exemple le tristement célèbre Juda Iscariot qui a trahi Jésus. Il était Juifs, descendant d'Abraham, élu parmi le peuple élu, n'est sûrement pas sauvé, alors qu'il était élu en tant que membre du peuple d'Israël puisqu'il avait fait sa Bar-mitsva. Ce qui est le cas d'un certain nombre d'hébreux et de personnes de toutes les nations qui tournèrent le dos à Dieu en diverses circonstances.

Cette réalité est donc objective, démontrée et vérifiable :
Tous les sauvés sont élus pour la mission d'apporter la parole de Dieu au monde, mais tous les élus ne sont pas forcement sauvés pour l'éternité, par la foi en Jésus-Christ !

Comme nous l'avons déjà démontré Dieu n'a qu'un seul peuple qu'il n'a jamais renié !
Nombre 23:19  Dieu n'est point un homme  pour mentir, Ni fils d'un homme pour se repentir. Ce qu'il a dit, ne le fera-t-il pas ? Ce qu'il a déclaré, ne l'exécutera-t il pas ?
Ceux qui prétendent que l'Eglise aurait remplacé Israël font Dieu menteur et je ne voudrais pas me trouver à leur place lorsqu'ils se retrouveront devant Dieu !

Israël est en plus d'un peuple, une figure visible et prophétique du Corps de Christ !

Voici la preuve : Exode 4 : 22 et 23  Tu diras à Pharaon : Ainsi parle l'Eternel : Israël est mon fils, mon premier-né, Je te dis : Laisse aller mon fils, pour qu'il me serve….
Jean 3 : 16  Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.
Si Israël est le fils premier né de Dieu, et que Christ est son fils unique; l'Israël terrestre était donc bien la représentation du Corps de Christ, lequel est un corps spirituel.

L'apôtre Paul nous a d'ailleurs donné la représentation parfaite de cette idée avec l'olivier franc de Romains 11, l'Israël attaché à la terre qui est le tronc et les racines dont monte la sève nourricière, et l'Israël tourné vers le ciel représenté par les branches portant du fruits lesquelles sont nourries par la lumière venant d'en haut le SAINT-ESPRIT depuis la Pentecôte.
C'est cet Olivier Franc nous le retrouvons dans l'ancien testament sous le nom de « La Grande Assemblée » en Hébreu "QAHAL" et que les traductions ont surnommé l'Eglise dans le nouveau testament.
Nous voyons donc, pour parler à la manière monde, qu'Israël et l'Eglise participent en réalité d'un seul et même arbre. Ou bibliquement, que la partie d'Israël tombée dans l'endurcissement et la partie d'Israël qui a reconnue son Messie participent d'un seul et même arbre l'Olivier Franc !

Les caractéristiques et prophéties qui concernent le peuple d'Israël concernent donc aussi à «l'Eglise» en tant que groupe d'individus ou peuple, mais certainement pas pour un individu particulier !
En revanche et c'est ici la difficulté, parfois la bible évoque l'Israël de l'Ancienne Alliance et parfois l'Israël de la Nouvelle Alliance ce qui pose un problème de discernement de ces deux parties d'Israël pour tous ceux qui partent d'une mauvaise approche.

L'Olivier Franc représente donc l'Israël éternel, composé jusqu'à ce jour de deux parties :  Une partie qui a accepté la Nouvelle Alliance en Yeshoua Ha Mashiah (Jésus-Christ), nommée Eglise et une partie qui l'a jusqu'à présent refusé qui se réuni dans la synagogue !
Mais cet état n'est que transitoire car la bible nous annonce que : Romains 11 :26  Et ainsi tout Israël sera sauvé, selon qu'il est écrit : Le libérateur viendra  de Sion, Et il détournera de Jacob les impiétés;

Un seul peuple élu et "prédestiné" ou plutôt préordonné !  (Mais pas au complet)

Histoire et origine de la fausse idée d'une prédestination individuelle.

Cette conception d'une prédestination individuelle du sauvé, découle indirectement des délibérations du concile de Nicée sous Constantin* 325 après JC. Lors de ce concile, il fut décidé que l'Eglise romaine remplacerait Israël et que Dieu qui pourtant ne change jamais ses paroles, (Psaume 33 : 11) aurait rejeté son peuple ce qui est bibliquement faux puisque l'épître aux Romains affirme le contraire.

Voici l'origine de cette funeste doctrine du remplacement.
Décret de Constantin
* PG 20 : 1074-1080 « nous ne devons par conséquent rien avoir en commun avec les Juifs »

Des bulles papales suivront :
D'après le canon 1 du synode d'Antioche (341) « quiconque observe la Pâque à la même date que les juifs se sépare de l'Eglise… »

Concile de Nicée (325) « Si un évêque, un prêtre ou le diacre ose, après ce décret, célébrer la Pâque  (à une autre date), le Concile jugera qu'ils soient anathèmes de l'Église.   Ce concile non seulement les éliminera de leur ministère, mais aussi tous les autres qui osent communiquer avec eux. »    

Le synode de Laodicée réuni entre 343 et le Concile de Constantinople (381) décréta : «  Il n'est pas permis de recevoir des parts provenant des fêtes célébrées par les juifs…il n'est pas permis de recevoir du pain sans levain des juifs, ni de prendre part à leur impiété. »

Le concile Quinisexte (692) ordonna un ostracisme encore plus virulent à l'égard des juifs : « Qu'aucun membre du clergé, ni aucun laïc ne mange le pain sans levain des juifs, n'entretienne des relations familiales avec eux, ne se baigne avec eux ; tout clerc qui sera pris sur le fait sera déposé, et tout laïc excommunié. »

L'olivier franc était désormais coupé en deux, par un méchant bûcheron dont nous ne trouvons aucune trace dans la Bible pour soutenir son forfait !

Les branches «L'Eglise»ne recevant plus la sève de l'arbre et les racines «les Juifs» s'étiolant faute de monté de sève.
L'ennemi avait réussi sont coup ! Ce qui provoqua pour les Chrétiens la perte d'une culture indispensable accumulée par l'Israël de l'Ancienne Alliance, et le refus d'évangéliser les juifs, les rejetant ainsi dans le sommeil de leurs traditions.
Cette séparation d'avec les Juifs aura pour fâcheuse conséquence d'attribuer à un individu, les notions d'élection et de « connu d'avance » amalgamées faussement en (prédestination au salut), notions qui s'attribue bibliquement au groupe de personnes, représenté par le peuple d'Israël, qui est l'image du Corps de Yeshoua Ha Mashiah (Le Corps de Christ) !

Pour fixer le principe à retenir

L'homme entre donc dans le contenant du Corps de Christ individuellement, par la foi et la repentance, mais le salut de nos âmes pour l'éternité est résolument collectif dans l'Arche du Corps, de Yeshoua Ha Mashiah (en Jésus-Christ) Romains 8:1.
Ce qui n'empêche pas Dieu qui connaît tout d'avance puisque le temps n'existe pas pour lui, de choisir ou d'élire une personne particulière pour une action ou oeuvre particulière sans qu'il y ait un rapport direct avec le salut de son âme. Citons par exemple Cyrus roi des Perses.
Cette doctrine du remplacement génèrera plusieurs autres fausses doctrines comme la doctrine catholique qui prétend que le royaume de Dieu est représenté par l'Eglise catholique et la doctrine amillénariste qui croit qu'il n'y aura pas de règne physique de Christ pendant mille ans. Etc.

Etude de la doctrine calviniste de la prédestination au salut

Il faut savoir que Jusqu'à Pelage (355-435) et Augustin (354-430), IVem siècle, l'idée de prédestination resta absente des débats dans l'Eglise. Mais l'église romaine qui rejetait Israël avait un problème jusqu'alors sans solution avec l'idée de peuple élu. Ce fut le ferment de cette idée de prédestination des sauvés.
Selon cette doctrine de la prédestination et de l'élection inconditionnelle au salut, décrite par Calvin, Il y aurait, par voie de conséquence une double prédestination, (celle des sauvés et celle des perdus). Le Dieu d'Amour aurait depuis toute éternité crée délibérément certains pour un salut éternel et d'autres avec la finalité de les jeter dans l'étang de feu, après les avoir juger.
Quelle Incohérence que cette idée car pourquoi rendre un jugement si la sentence est connue d'avance ? La bible dit que tous les genoux fléchiront. (Esaïe 45:23) Pourquoi les genoux d'un perdus fléchiraient devant l'injustice d'avoir été arbitrairement créer et de plus prédestiné à la perdition ?

Pourquoi évangéliser si les sauvés sont prédestinés a l'être et les perdus à l'être aussi ?

Cette hérésie s'échafaude à partir d'un cadre de pensé ou paradigme parfaitement erroné. 
Reprenant la funeste doctrine du remplacement inventé à Rome, Augustin, né en 354 à Targaste en Algérie actuelle, à l'origine évêque de cette même église, croyait que le nombre d'élus correspondait au nombre d'anges déchus qu'ils venaient remplacer.
D'autres plus tard comme Calvin reprirent cette hérésie qui s'établira en cinq points cités ci-dessous.

Dépravation totale de l'homme
Election inconditionnelle
Rédemption particulière
Appel efficace
Persévérance des saints

Cette  incohérente prédestination au salut selon Calvin provoqua de nombreuses Autre doctrines parallèles dont voici quelques exemples :

SUPRALAPSARISME (Les vrais calvinistes):
1. Décret d'élire certains au salut et d'autres à la perdition (Élection inconditionnelle).
2. Décret de créer les élus et les non-élus.
3. Décret de permettre la chute.
4. Décret de pourvoir au salut des élus seuls (Rédemption particulière).
5. Décret d'appliquer le salut aux élus par l'appel efficace (Appel efficace).

INFRALAPSARISME (Les calvinistes qui se disent modérés) :
1. Décret de créer tous les hommes.
2. Décret de permettre la chute.
3. Décret de pourvoir au salut des élus seuls par le sacrifice de Christ.
4. Décret d'élire ceux qui croient et de laisser à leur condamnation ceux qui ne croient pas.
5. Décret d'appliquer le salut à ceux qui croient.

ARMINIANISME  Les arminiens (Méthodistes, Pentecôtistes, Catholiques)
1. Décret de créer tous les hommes.
2. Décret de permettre la chute.
3. Décret de pourvoir au salut de tous les hommes par le sacrifice de Christ.
4. Décret d'élire ceux qui croient et de laisser à leur condamnation ceux qui ne croient pas.
5. Décret d'appliquer le salut à ceux qui croient.
6. Le racheté peut déchoir de la grâce.

Cinq Points ou Rien
On entend souvent certains chrétiens se désigner comme « calviniste en 4 points », ou « calviniste modéré » (qui ne croit pas à la double prédestination, par exemple). Cela démontre une méconnaissance certaine de la théologie calviniste, en effet selon les théologiens calvinistes, les cinq points de cette doctrine se soutiennent de façon cohérente et ne peuvent donc être amputés.
Lorraine Boettner écrit «ces cinq points ne sont pas indépendants les uns des autres, mais sont tellement liés entre eux qu'ils forment un système, harmonieux et cohérent ». Il est aussi proclamé que si l'on démontre que l'un de ces cinq points est faux, alors tout le système doit être abandonné. » (1932, The Reformed Doctrine of Predestination, p.59). J.I. Packer ajoute à ce sujet que « pour le Calvinisme, les 5 points ne forment en réalité qu'un seul dans le domaine de la sotériologie. » (cité par Steele et Thomas dans The Five Point of Calvinism).

Un regard sur le dictionnaire se révèle fort utile.
Le mot Election vient : De l'hébreu Bachiyr qui signifie = choisir, ou bien aimé.
Présent dans toutes ses formes 12 fois dans l'ancien testament.
6 fois au singulier, et 7 fois au pluriel.
Ce mot Bachiyr se traduit en grec par Ekektos qui signifie = cueilli, choisi, élu.
Il est présent 3 fois élu au singulier, 18 fois élus au pluriel, 5 fois avec le mot élection.

Le mot prédestination : Le mot prédestination en français est la traduction du Grec progignoko; Idée et traduction du mot en hébreu absent de l'Ancien Testament. Il est même  probable que ce mot grec  "progignoko" n'existait pas en grec du temps de Jésus, puisqu'on ne le retrouve dans aucun autre texte grec anciens. Ce qui signifie que ce mot n'a probablement jamais été prononcé ni par Jésus, ni par les apôtres, qui employaient le verbe hébreu « Yatsar » (voir Ps 139 :16 etc..) qui signifie « connu d'avance », ce qui n'a absolument pas le même sens !
Car il y a une différence sémantique totale, entre tout connaître et tout choisir !
De plus même si Dieu sait tout d'avance, il a même car il est Tout Puissant, le loisir d'oublier ce qu'il souhaite oublier ! Jérémie 31:34  Car je pardonnerai leur iniquité, Et je ne me souviendrai plus de leur péché.
D'ailleurs le grand linguiste André Chouraqui utilise en traduisant du grec le mot « pré ordonné » plutôt que prédestiné. En effet le mot « prédestiné » évoque l'Idée d'un objectif final, alors que « pré ordonné » évoque l'idée d'une mission à accomplir, et « connu d'avance » l'idée de l'omniscience de Dieu, qui connaît toute chose et donc chaque individu auquel Dieu réserve une œuvre particulière qu'il accomplira ou non.

Quelle langue parlait Yeshoua (Jésus) : Certes les textes du nouveau testament qui nous sont parvenus le furent en langue grecque, mais datent comme l'Evangile de Jean de la première moitié du second siècle (le P52) les autres textes sources s'échelonnent du 2em au 16em siècle. Ces textes racines sont donc la transcription ou la traduction de textes plus anciens qui furent perdus.
Ce qui est certain en revanche c'est que Yeshoua (Jésus) lorsqu'il parlait aux foules, parlait l'araméen et na donc probablement jamais prononcé les mots grecs sur les quelles se fondent cette doctrine de la prédestination.

La preuve par la Bible : Ce mot prédestination dans toutes ses formes, est Présent 1 fois au singulier, et 4 fois au pluriel uniquement dans le Nouveau Testament, jamais dans l'ancien puisque cette idée n'existe pas en hébreu.
La seule fois où ce mot est au singulier, il s'adresse à la personne de Jésus-Christ en
1 Pierre 1:20  prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous…  Nous verrons plus loin l'importance de cet unique verset au singulier !
Nous voyons donc que cette idée d'élection et de prédestination s'attache à un groupe d'individus (un peuple, une nation, le Corps de Christ) mais jamais à une personne particulière ; et que cette idée ne concerne en rien le salut des âmes pour l'éternité, mais évoque une mission à accomplir !

Entrons maintenant dans le sujet de l'élection et de la prédestination.
Pour une bonne compréhension de ce qui suivra, vous constaterez dans le suite de cette étude, qu'on peut être élu mais pas sauvé, mais que les sauvés sont obligatoirement élus et « connu d'avance » de Dieu en Jésus-Christ de toute éternité. 

1Pierre 1:20 (Christ) prédestiné(pré ordonnés sauveur de l'humanité) avant la fondation du monde et manifesté à la fin des temps, à cause de vous.

Les seules quatre citations concernant des êtres humains sont mises au pluriel.
Ephésiens 1:11  En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant été  prédestinés (pré ordonnés) suivant la résolution de celui qui opère toutes choses d'après le conseil de sa volonté,

Ephésiens 1:4  En lui (Christ) Dieu nous a élus (Choisi) avant  la fondation du monde,pour que nous soyons saints (mis a pat pour son service) vous, et irrépréhensibles devant lui,

Romains 8:30  Et ceux qu'il a prédestinés, (pré ordonné pour son service) il les a aussi appelés ; et ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés.

Aucun de ces versets ne parle d'une prédestination au salut, mais d'une pré-ordination pour un service pour Dieu, ce qui fait toute la différence !

Ephésiens 1:5  nous ayant prédestinés (pré ordonnés) dans son amour à être ses enfants d'adoption par Jésus Christ, (et en Jésus-Christ) selon le bon plaisir de sa volonté,

Nous voyons que deux critères s'attachent aux pre-ordonés : Ils le sont uniquement « En Jésus-Christ » et qu'il sont adoptés. Ce qui prouve qu'un adopté n'était pas enfant de son père avant son adoption et qu'il n'était pas « En Jésus-Christ avant d'avoir la foi et s'être repentis !
Il s'agit donc bien d'un groupe de personnes qui sont rassemblées, dans le contenant qui est le Corps de Yeshoua Ha Mashiah (le Corps de Christ) !
L'ERREUR calviniste étant d'attribuer l'idée de prédestination au contenu, (les sauvés) alors quelle s'adresse au contenant !

L'idée a retenir serait que Dieu connaît depuis toute éternité le Corps de Christ, qui est le véhicule du salut ; ce véhicule du salut ayant les portes de sont coeur grandes ouvertes à tous ceux qui par leur foi en Jésus-Christ y seront introduits.
L'Arche de Noé étant une autre figure prophétique du Corps de Christ avec son unique porte et sa destination vers une nouvelle terre.
1 Timothée 2:4 Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité.

Voyons maintenant les Cinq points de cette fausse doctrine de la prédestination.

1) Dépravation totale de l'homme absolument incapable de répondre de lui-même à l'Évangile.

Dans les huit premiers chapitres de l'épître aux Romains, nous avons la description de la condition de l'homme et la réponse que Dieu donne. L'homme est irrémédiablement perdu :
Romains 3 :10 à12 selon qu'il est écrit : Il n'y a point de juste, pas même un seul; nul n'est
Intelligent, nul ne cherche Dieu; tous sont égarés, tous sont pervertis; il n'en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul.
Romains. 3: 23: 24 Car  tous ont péché  et  sont privés de la gloire de Dieu et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ.                      

L'immense majorité des protestants et des évangéliques s'accorde, pour dire que l'homme est pécheur et incapable de s'améliorer, de se racheter et de se sauver.
Ephésiens 2 : 1 Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés…
Cette doctrine de la dépravation totale plaçant l'homme au niveau du lombric, bien plus bas que n'importe quel animal quadrupède qui peut répondre à un appel, repose en grande partie sur l'interprétation du mot « mort ».
Pour Calvin, la mort signifie l'absence de volonté, de réaction, de réponse du pécheur face à l'appel de Dieu, de même qu'un cadavre ne répond à aucune sollicitation. Certains en déduisent que le pécheur décrit comme « mort » dans ses péchés est incapable de réagir à la Bonne Nouvelle de l'Evangile, à moins qu'il ne soit régénéré pour croire.
Il est évident que cette idée attachée au mot « mort » a un sens plutôt imagé et assez exagéré car  il existe plusieurs passages où le mot mort est employé dans un sens différent : Luc 15 : 24, 32 Romains 6 :11 Hébreux 6 :1 Jacques 2 :17, 20 Apocalypse 3 :1

Arguments faisant place à une partie de libre arbitre, au moins à l'égal d'un petit chien :

Matthieu 15:27  les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres.

L'homme est mort parce qu'il est perdu à cause du péché. Il ne peut se sauver lui-même, c'est une évidence biblique, mais comme un animal, il est au moins sensible à la douleur et au plaisir et à la faculté intellectuelle de discerner ce qui lui est agréable ou non ! 
Même s'il est dans les ténèbres, il peut ramper pour manger les miettes de la table du Seigneur ! La foi venant de ce que l'on entend romain 10 : 17 le « mort » peut quand même se dire que le salut éternel en Jésus-Christ serait pour lui une bonne chose…
Pour le repentir et la conscience du péché bien évidemment c'est l'œuvre du SAINT-ESPRIT !
Mais nous verrons aussi qu'un pécheur peut refuser délibérément d'être sauvé !
D'ailleurs la bible nous présente à plusieurs reprises des dépravés « morts » se tournant vers Jésus, avant la pentecôte et donc avant que le SAINT- ESPRIT ne leur fut envoyé.
Jacques 2:25  Rahab la prostituée ne fut-elle pas également justifiée par les oeuvres, lorsqu'elle reçut les messagers et qu'elle les fit partir par un autre chemin ?

Luc 7 : 37 et 38 Et voici, une femme pécheresse (une prostituée) qui se trouvait dans la ville, ayant su qu'il était à table dans la maison du pharisien, apporta un vase d'albâtre plein de parfum, et se tint derrière, aux pieds de Jésus. Elle pleurait ; et bientôt elle lui mouilla les de ses larmes, puis les essuya avec ses cheveux, les baisa, et les oignit de parfum.

Nous avons ici une véritable attitude de repentance avant même la pentecôte.

Cette dépravation « mort » conséquence de la chute, est peut-être totale, mais pas au point de rendre l'homme insensible à tout ! La chute fut la conséquence de la consommation interdite de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, ce qui suggère la possibilité d'un choix alternatif entre le bien et le mal.
Dépravé oui, mais quand même pourvu d'oreilles pour entendre, et d'yeux pour voir !
La preuve : Les Prophètes qui étaient des hommes pécheurs comme tous les autres, et étaient parfaitement capables de recevoir les paroles de Dieu et d'y répondrent parfaitement bien avant la Pentecôte !
Les plus grands serviteurs de Dieu qui étaient des hommes, pas toujours pressés de se conformer à l'appel de Dieu, entendirent aussi parfaitement ses appels !

Pourquoi Dieu se serait-il donné tant de peine pour transmettre sa parole à ses prophètes et aux évangélistes, si aucun homme ne peut répondre de lui-même à cet évangile !
Pourquoi envoyer son SAINT-ESPRIT pour convaincre le monde de péché avec les textes de l'Evangile si les paroles de l'Evangile sont impossibles à recevoir et si l'action du Saint-Esprit était suffisante ?  Dieu pourrait bien sûr imposer par force, les comportements qu'il souhaite pour les humains ! Il pourrait même sauver ou condamner tout le monde sans le consentement de personne ! Alors pourquoi Dieu se donne t-il la peine de transmettre aux hommes sont Evangile, s'il ne souhaite pas que nous y adhérions de bon cœur ?

Quelle valeur aurait le OUI d'une personne n'ayant pas la liberté de dire NON ?

Quelle étrange idée que celle d'affirmer que l'homme ne pourrait pas résister à l'appel certes convainquant du SAINT-ESPRIT ; que l'homme n'aurait aucune partie de libre arbitre !
Certes il y a une dépravation totale de la nature humaine, mais il y a une réalité objective qui saute aux yeux. Si Dieu a inspiré sa parole aux hommes, c'est bien pour que nous la recevions, tant bien que mal avec l'aide du SAINT-ESPRIT; en nous laissant au moins le loisir de la rejeter, ce qui est le corollaire indispensable d'une véritable adhérence de coeur.

Actes 17 :11et 12 Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique; ils reçurent la parole avec beaucoup d'empressement, et ils examinaient chaque jour les Ecritures, pour  voir si ce qu'on leur disait était exact. Plusieurs d'entre eux crurent.
C'est Juifs de Bérée ont étudié et reçu l'évangile après avoir vérifié son authenticité, puis après cette sérieuse introspection plusieurs et en connaissance de cause se convertirent !

L'homme peut recevoir la parole de Dieu avec l'aide du Saint-ESprit, qui l'aide disons de L'extérieur, puis il est placé devant l'alternative de choisir la voie qu'il doit suivre ; Rejeter l'appel de Dieu ou se tourner vers Christ !
Deutéronome 30:19  J'en prends aujourd'hui à témoin contre vous le ciel et la terre : j'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité,
Psaumes 119:30  Je choisis la voie de la vérité, Je place tes lois sous mes yeux.
S'il écoute la voix du SAINT-ESPRIT ce dernier fait sa demeure en lui. Aussi nous dirons que l'homme ne peut pas de lui-même s'approcher de Dieu, qu'il ne peut le faire que par l'action du SAINT-ESPRIT, mais qu'en revanche qu'il a le libre arbitre de rejeter cette aide salutaire, et de choisir de tourner le dos à Dieu !

2) Élection inconditionnelle : Dieu aurait choisi certains pour le salut et laissé d'autres à la perdition sans critère connu.
Ce deuxième point est en fait le premier en importance. Tout le système théologique de cette doctrine calviniste tourne autour de l'interprétation de l'élection divine. Selon cette doctrine, Dieu aurait choisi sans critère connu, un nombre limité d'individus pour qu'ils soient sauvés. De cette idée découle le reste du raisonnement. Dieu aurait donc pourvu à la rédemption, en donnant son Fils, et en envoyant son SAINT-ESPRIT pour appeler d'une façon irrésistible uniquement les choisis et pas les autres.
Déjà cette affirmation sous entendrait que Christ ne serait morts sur la croix que pour les choisis ce qui est contredit par la bible. Jean 3:16  Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.

L'idée que Dieu aurait choisi unilatéralement un nombre limité d'individus pour qu'ils soient sauvés, abandonnant délibérément les autres à leur sort, qui est la damnation éternelle, est une aberration devant laquelle tout ce système de pensée s'effondre devant cette ignominie.

Mais effectivement tous ceux qui sont ou seront sauvés, sont élus depuis la fondation du monde en Yeshoua Ha Mashiah (Jésus-Christ), pour une mission d'évangélisation.

Quelques questions suffisent.
1) Pouvons-nous savoir, ici-bas, si l'on est sauvé, parce qu'on ne sait pas si l'on est élu ?

Que dit la Bible : Jean 3:16  «Afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle»   1 Timothée 2:4  qui veut que tous les hommes  soient sauvés
Hébreux 5:9  et qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l'auteur d'un salut éternel…
Jean 1:12  Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu…   S'ils le deviennent c'est bien qu'ils ne l'étaient pas auparavant !

Il y a de nombreux autres versets qui vont dans ce sens, mais nous voyons ici que Dieu veut sauver tous les hommes, quiconque croit au salut en Jésus-Christ, et lui obéissent.

2) Pensez-vous que l'apôtre Paul avait été auprès de Dieu dans le ciel de gloire consulter le livre de vie ? La réponse est certainement NON car la bible ne le dit pas !

3) Comment Paul peut-il donc écrire :  1 Thessaloniciens 1:4  Nous savons, frères bien-aimés de Dieu, que vous avez été élus. 
Et comment peut-il, dans toutes ses épîtres, nommer ceux auxquels il écrit saints ?
En fait la Bible parle clairement d'une élection. Ephésiens 1: 4: 5; Romains 8: 29: 30; 1 Pierre 1:2 etc.  Une élection bien sûr, mais comme nous venons de le voir, certains séparant l'Eglise de ses racines en ont tiré les conclusions qui les arrangeaient en attribuant à un individu une notion qui s'attribue à un groupe.
Ce groupe composé de deux parties s'appelle Israël, peuple de la bible, image physique du Corps de Christ qui est spirituel et verbe de Dieu. Ce groupe Elu porte le nom de « Grande Assemblée » dans l'Ancienne Alliance (Psaume 22 :25, 35 :18, 40 :9, 89 :7)
Nommé « Quéhila » en hébreu, traduit en français par « rassemblement » et qui a donné au fil de l'histoire le mot « église ».

Selon les déductions de Jean Calvin, Dieu aurait choisi certains pour le salut et laissé d'autres à la perdition sans critère connu.
Ce qui pose cette question de logique : Dieu aurait-il délibérément crée des humains pour les envoyer dans l'étang de feu ?
Une telle idée dépasse même les horreurs hitlériennes, qui n'avait pas crée ses victimes ! Comment Dieu pourrait-il être qualifié de Dieu d'Amour avec une telle doctrine du rejet ?

 4) Comment concilier avec le mot Amour cette monstrueuse idée, de la création par Dieu d'êtres humains dans le seul et unique objectif de les envoyer en enfer ?
Dans cette logique malsaine, un nourrisson qui mourrait à la naissance et qui aurait été prédestiné à la perdition serait maudit et jeté en enfer par Dieu ! Dieu enverrait donc comme les Païens à Moloc, des nouveaux nés dans les flammes…

Cette hypothèse est impossible car l'Eternel l'interdit en Lévitique 18:21  Tu ne livreras aucun de tes enfants pour le faire passer à Moloc, et tu ne profaneras point le nom de ton Dieu. Je suis l'Eternel.
Lévitique 20:2  Tu diras aux enfants d'Israël : Si un homme des enfants d'Israël ou des étrangers qui séjournent en Israël livre à Moloc l'un de ses enfants, il sera puni de mort: le peuple du pays le lapidera.
1 Jean 4 :16 Dieu est amour et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.
Si Dieu est amour, il ne peut être injuste et ne peut qu'être qu'infiniment triste de voir une de ses créatures se détourner de lui !

Certains diront ; oui mais Dieu a aimé Jacob et haï Esaü : Que dit la bible ?
Romains 9 :11-13 car les enfants n'étaient pas encore nés et ils n'avaient fait ni bien ni mal, afin que le dessein d'élection de Dieu subsiste, sans dépendre des oeuvres, et par la seule volonté de celui qui appelle, il fut dit à Rebecca: L'aîné sera assujetti au plus jeune, selon qu'il est écrit: J'ai aimé Jacob Et j'ai haï Esaü.

Voilà le passage principal utilisé pour défendre la thèse d'une élection inconditionnelle, qui ne dépend de rien, ni des oeuvres ni de la prescience d'une éventuelle foi chez l'individu choisi.

Voyons tout d'abord ce que ce passage ne veut pas dire.
Dieu a-t-il haï Esaü avant qu'il naisse ? Cette idée est impossible, pour plusieurs raisons : 
La Bible affirme clairement que « Dieu est amour », que « Dieu a tant aimé le monde »
Chaque fois qu'il est question de la haine de Dieu, c'est envers celui qui fait le mal et non envers une personne qui n'est pas encore née.
Il serait contradictoire avec le caractère de Dieu qu'il haïsse une personne avant sa naissance sans raison morale, simplement par « le bon plaisir de sa volonté ».
Il ne faut pas ignorer que la phrase « J'ai aimé Jacob… » se trouve en Malachie et non en Genèse. L'immense majorité des commentateurs s'accorde pour dire que ce n'est pas Jacob et Esaü qui sont vus en Malachie, mais leur descendance, les Israélites et les Edomites (cp. Genèse 36 : 8 « Esaü, c'est Edom »). L'élection divine n'a pas décidé qui des deux serait aimé et sauvé, mais qui des deux serait assujetti à l'autre.  Ici encore nous retrouvons la notion de service ! Aimer et haïr sont donc très certainement utilisés par Malachie dans le sens de préférer.
Dieu a préféré Jacob pour la mission de garder sa parole, en décidant souverainement de lui accorder sa bénédiction au-dessus d'Esaü. (Voir les paroles de Jésus en Luc 14 :26 «…haïr son père et sa mère… »)

Est-il question ici du salut de Jacob et de celui d'Esaü ?
Non, mais plutôt de la bénédiction spirituelle, de l'œuvre à accomplir et de l'héritage que l'on offrait normalement au fils aîné et qui fut donné au second. Cet héritage c'est l'immense honneur conférer au peuple d'Israël de garder et de propager la parole de Dieu !

Ce dernier point doit nous aider à éclairer tout ce chapitre 9 de Romains.
Paul répond à des questions posées par des juifs.
Leur raisonnement face à Paul est le suivant : puisque ton Évangile sauve plus de païens que de juifs, c'est que Dieu a rejeté son peuple élu et si Dieu a rejeté son peuple élu, c'est que ses promesses sont devenus caduques ? Donc si les promesses de Dieu sont caduques, Dieu n'est plus Dieu. En d'autres termes, les juifs refusaient de croire que l'élection divine puisse se porter aussi sur des païens.
Paul va leur démontrer aux chapitres 9 et 10 que les élus ne sont pas seulement ceux qui sont nés d'Abraham, mais ceux qui croient au Messie, qu'ils soient juifs ou non-juifs ; il va aussi annoncer au chapitre 11 que la partie d'Israël restant sous l'ancienne alliance a été momentanément mise de côté en attente de l'entrée des païens, mais qu'à la fin « tout Israël sera sauvé Romains 11 : 26 » et ainsi que les promesses de Dieu restent effectives.

Plusieurs exemples bibliques illustrent l'élection du second sur le premier : le premier Adam n'a pas sauvé l'humanité, mais le second Adam (Romains 5 :19) ; Caïn, l'aîné qui comptait sur sa propre justice, a vu son offrande refusée contre celle d'Abel, le cadet qui a sacrifié un animal pour ses péchés (Hébreux 11 : 4) ; Joseph n'a pas béni Manassé, l'aîné, mais Ephraïm (Genèse 48 :19) ; Dieu a préféré le don de son Fils Jésus aux sacrifices d'animaux de l'ancienne alliance (Hébreux 10 : 5-9).
L'élection au chapitre 9 de Romains s'explique donc ainsi : Dieu passe parfois au-dessus du premier (ici les juifs) pour bénir le second (ici les Gentils). C'est la conclusion de Paul en Romains 9 : 24 : « Ainsi il nous a appelés, non seulement d'entre les Juifs, mais encore d'entre les païens… » Cela rejoint aussi la parabole du festin des noces racontée par le Seigneur Jésus (Matthieu 22 :1à14) où les premiers convives, ayant tous refusé de se rendre aux noces, le maître va en ira chercher d'autres.

L'interprétation évidente est que la majorité d'Israël refusant de suivre Jésus, le Seigneur appelle aussi les Gentils.
Sa conclusion est qu'il y a «beaucoup d'appelés, mais peu d'élus Matthieu 22 : 14 » signifiant que le fait d'être israélite descendant d'Abraham ne fait pas de vous un élu, sauvé automatiquement et donc comme nous l'avons démontré plus haut, que l'élection ne garantie pas le salut.

Israël est le peuple élu, mais tous les hébreux ne sont pas élus !
Donc ce verset de Romains 9 utilisé pour appuyer la doctrine du rejet, oublie simplement de distinguer le Verset 12 du 13.
Au verset 12 : Dieu l'avait effectivement dit alors que les enfants n'étaient pas encore nés ; mais pas avant la fondation du monde, comme cela est dit de nous en Ephésiens 1 : 4
Tandis que romains 9 verset 13 est une citation de Malachie 1: 2: 3 C'est une déclaration que Dieu a faite, 1400 ans après la mort de Jacob et d'Esaü, une fois leurs vies accomplies et même celles de leurs descendants.

Dieu a donc élus ou choisi Jacob qui s'appellera plus tard Israël, pour accomplir l'œuvre terrestre qu'il destinait à Israël !
(Aucun rapport avec le salut éternel)

Le verset 15 de Romains 9, est une citation d'Exode 33 :19 Je fais grâce à qui je fais grâce, et miséricorde à qui je fais miséricorde.        
Remettons en contexte ! Le peuple avait érigé le veau d'or et rejeté Dieu Exode 32 :4  Il avait mérité le jugement Exode. 32 :10.
Mais Moïse pria pour lui. Dieu manifeste alors de nouveau sa grâce et épargne le peuple.                                   

Ces paroles donnent la preuve que Dieu se réserve le droit de déployer sa grâce alors même que le jugement est mérité. 
(Qu'Israël soit le peuple élu de Dieu ne reposait donc que sur la grâce.)

Le verset 15 établit donc fermement le principe de la grâce et non du rejet.

Là où tous ont mérité le jugement, seule la miséricorde peut indiquer une issue.                                                                      

A quoi servirait-il à un homme de ne plus pécher à partir d'aujourd'hui (s'il le pouvait) ? Il n'en devrait pas moins subir le jugement pour les péchés commis jusqu'à ce moment-là.

Les vases de colère préparés pour la destruction :

C'est ce qu'enseignent les versets 22 et 23 de Romains 9  Et que dire, si Dieu, voulant montrer sa colère et faire connaître sa puissance, a supporté avec une grande patience des vases de colère formés pour la perdition, et s'il a voulu faire connaître la richesse de sa gloire envers des vases de miséricorde qu'il a d'avance préparés pour la gloire.

Bien qu'ils soient souvent employés pour appuyer la doctrine du rejet, en réalité ils fournissent une preuve inébranlable contre cet enseignement.
Le verset 22 parle de   «vases de colère, tout préparés pour la destruction».  Dieu ne fait aucune erreur, il n'a donc pas fabriqué des vases avec des défauts, car sans quoi nous ne pourrions pas dire que Dieu est amour et perfection ! Qui donc a rendu vils ces vases ?  Ce n'est pas dit ici. 
Mais d'après le contexte, il est très clair que ce n'est pas Dieu !
Car pourrait-on dire que Dieu les a supportés avec une grande patience, s'il les avait Lui-même créer et préparés pour la destruction ?                                                                                                                           
Dieu qui sait tout aurait fabriqué des vases de colère, dans le but unique d'exciter sa propre patience, et de se mettre lui-même en colère…  Cette idée n'a aucun sens !
Romains. 2:5 5  Mais, par ton endurcissement et par ton coeur impénitent, tu t'amasses un trésor de colère pour le jour de la colère et de la manifestation du juste jugement de Dieu, Selon ta dureté et selon ton cœur sans repentance, tu amasses pour toi-même la colère dans le jour de la colère et de la révélation du juste jugement de Dieu.

Tu t'amasses toi-même la colère de Dieu !

Remarquons aussi la différence avec le verset 23 : où il est bien indiqué que Dieu a préparé d'avance les vases de miséricorde. 

Il est clair que les vases de colère se sont préparés eux-mêmes !
Et que les vases de miséricorde ont été préparés par Dieu !

La parole de Dieu n'évoque jamais de prédestination à la perdition !

Est-ce que « notre Dieu sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés», qui a donné son Fils unique, Jésus Christ, «en rançon pour tous», aurait destiné, de façon totalement arbitraire, une partie de ces « tous » à ne pas y avoir part, mais à être perdus pour l'éternité?  
Certes Non ! Il y a une élection, destinant de pauvres pécheurs à la gloire ; s'ils suivent Dieu, mais jamais la parole de Dieu ne parle d'une élection ou d'une prédestination à la perdition. 

Dieu endurcit le cœur de certains hommes !
 
Le verset 17 de Romains 9 est une citation d'Exode 9 :16 Dieu dit au Pharaon qu'il endurcirait son cœur, afin de montrer en lui toute sa puissance.                                                                                                     

Mais il nous faut d'abord lire ce qui précède.
En Exode 5 :2 le Pharaon répondit : Qui est l'Eternel, pour que j'obéisse à sa voix, en laissant aller Israël ? Je ne connais point l'Eternel, et je ne laisserai point aller Israël. 
Malgré tous les jugements que Dieu envoya, il ne voulut pas se soumettre à la volonté de l'Eternel.  C'est alors seulement que Dieu dit : Maintenant j'endurcirai ton cœur afin que tout le poids de mon jugement tombe sur toi.
L'Eternel, il est vrai, avait dit d'avance qu'il le ferait Exode 4 :21, car il savait d'avance que le Pharaon n'obéirait pas.  Il connaissait le cœur du Pharaon (3 :19). Mais ce n'est qu'après avoir parlé plusieurs fois à Pharaon et avoir envoyé de nombreux signes et plaies, et après que Pharaon eut chaque fois refusé de laisser aller le peuple, que l'Eternel endurcit son cœur (9:12  Et alors il lui adressa les paroles de Romains 9: 17.                                                                                                                                       

Que Dieu endurcisse un cœur n'a aucun rapport avec la doctrine du rejet !
Par exemple : Après l'enlèvement, Dieu endurcira le cœur de tous ceux qui ont entendu l'Evangile, mais ne l'ont pas reçu. 2 Thessaloniciens. 2:11 Aussi Dieu leur envoie une puissance d'égarement, pour qu'ils croient au mensonge…
Dieu n'endurcit jamais les cœurs avant de leur avoir donné l'occasion de se convertir (Job 33:14-30).

Dieu endurcit un cœur, mais après que ce cœur l'ait rejeté !
C'est quelque chose de bien différent de ce qu'enseigne la doctrine du rejet.

Il faut aussi comprendre que Dieu étant en dehors du temps, dans l'éternité ou plutôt dans le non temps, qui n'a ni commencement, ni fin, le concept d'avant et d'après n'est destiné qu'à mettre à porté humaine des réalités qui nous dépassent de très loin. Toutefois sa parole nous a été donné avec ces notions d'avant et d'après pour que nous en tenions quand même compte.

Dieu est libre d'agir comme il le veut :
En Romains 9:19-21: la question est traitée d'une manière tout à fait générale. Dieu a effectivement le droit de faire de sa créature ce qu'il veut. Il peut gracier l'un et destiner l'autre à la perdition éternelle.  Mais Dieu ne fait jamais usage de ce droit.
Dieu qui est lumière, justice et amour n'agit pas en contradiction avec Lui-même.

Romains 9 : 21 parle précisément de cela. Le potier n'est-il pas maître de l'argile, pour faire avec la même masse un vase d'honneur et un vase d'un usage vil ?  C'est une allusion à Jérémie 19.

Ici, Dieu mentionne son droit de faire ce qu'il veut d'Israël.
Le potier fait de l'argile un vase; mais si le vase est gâté, il en fait un autre vase. 
Jérémie 18: 5, 6 Ne puis-je pas agir envers vous comme ce potier, maison d'Israël ? Dit l'Eternel. Voici, comme l'argile est dans la main du potier, ainsi vous êtes dans ma main, maison d'Israël !                                                                                                                    

Mais comment Dieu a-t-il fait usage de ce droit ?
Jérémie 18:7à10  Soudain je parle sur une nation, sur un royaume, D'arracher, d'abattre et de détruire. Mais si cette nation, sur laquelle j'ai parlé, revient de sa méchanceté, Je me repens du mal que j'avais pensé lui faire.  Et soudain je parle, sur une nation, sur un royaume, de bâtir et de planter. Mais si cette nation fait ce qui est mal à mes yeux, et n'écoute pas ma voix, Je me repens du bien que j'avais eu l'intention de lui faire.
Pour Dieu ce n'est pas d'où nous partons qui compte à ses yeux, mais là où nous arrivons à la fin de notre parcourt terrestre. Si quelqu'un se détourne du mal, Dieu se repentira du jugement qu'il pensait faire tomber sur lui et agira en grâce.  Voilà comment Dieu fait usage de sa souveraineté.

Que dit l'Ecriture de l'élection ?
Dieu veut que tous les hommes soient conforme à l'image de son fils et donc soient sauvés, ce qui reprend l'idée de 1 Timothée 2 : 4 Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité.
Dieu ne prédestine donc pas à être sauvé, mais il pré ordonne d'être conformes à l'image de son Fils. 

Pourquoi tous les sauvés seront-ils conformes à l'image de son fils Jésus !
Certes de nombreux passages de la parole de Dieu parlent de l'élection par exemple : 1 Pierre 1:2; 2 Tim. 1:9; Tite 1:2: etc. Mais nous trouvons cette idée d'élection principalement en Romains 8:28-30 et en Ephésiens 1:3-14.

En Romains 8:29 et 30 nous lisons:
1) Car ceux qu'il a connus d'avance
2) il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. Et ceux qu'il a prédestinés,
3) il les a aussi appelés; et ceux qu'il a appelés,
4) il les a aussi justifiés;
5) et ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés.

Dieu connaît tout et tous d'avance ! (y aurait-il un inconnu pour Dieu ?) Il a donc prédestiné tous ceux qu'il connaissait d'avance c'est-à-dire tous les être humains « à être semblables à l'image de son fils »
Il a appelé tous ceux qu'il connaissait, (c'est-à-dire tous les hommes !) Mais il n'a justifié, que ceux qui ont répondu à son appel ! Et il n'a glorifié que ceux qui seront justifié !

Pour donner une image simple : l'Israël terrestre qui est un peuple élu, est une image du Corps de Christ qui est l'Arche et le vecteur unique du salut par grace. Pour Dieu le Sang c'est la vie !
Lorsque Yeshoua est mort sur la croix son sang c'est répandu jusqu'a terre apportant la vie à toute l'humanité sans exception.
Depuis la Croix l'élection est donc UNIVERSELLE ! Tous les êtres humains sont destinés au salut en Jésus-Christ, s'ils ne rejètent pas eux-mêmes l'appel du SAINT-ESPRIT.

Il suffit de lire correctement pour découvrir l'ordre du processus qui conduit au salut !
Ephésiens 1: 4 dit que cette pré connaissance était « d'avant la fondation du monde », de toute éternité. Dieu a certes connus d'avance des personnes, mais cela n'exclu aucune personne puisqu' il connaît toutes ces créatures jusqu'au nombre des cheveux, de ceux qui rejèteront la grâce et de ceux qui se tourneront vers lui.  Le mot connu n'a pas d'exclusive pour les rachetés.

Connus d'avance et le temps de Dieu :
Encore une fois ce qu'il nous faut comprendre, c'est que nous vivons dans l'espace du temps, mais que pour Dieu il n'y a ni commencement ni fin, et que pour lui un jour est comme mille ans et mille ans comme un jour. Ce qui implique qu'un individu sauvé par la foi en 2014 l'est pour Dieu depuis toujours puis qu'il n'y a pas de différence pour Dieu entre la fondation du monde et 2014 !
Les choses de Dieu sont dans l'Olam (Hors temporalité) mot hébreu mal traduit par éternité et nous faisons l'erreur de les rabaisser à notre niveau. Aussi à l'instant ou à l'époque où nous donnons notre cœur à Christ nous devenons prosélytes d'Israël en étant greffé sur l'Olivier Franc, en entrant dans lArche de la nouvelle alliance qui est le corps de Christ, lui même prédestiné depuis la fondation du monde !
Nous sommes donc à cet instant prédestinés depuis la fondation du monde, en Jésus-Christ, parce que Christ est lui-même prédestiné depuis la fondation du monde, et que nous sommes en lui !
Un voyageur qui monte à Avignon, dans un train voyageant de Marseille à Paris devient dès cet instant prédestiné à arriver à Paris. C'est simple comme un voyage en train ! 
Personne ne peut être sauvé en dehors du corps de Christ puisque nous sommes sauvés par la foi, et qu'à notre naissance nous n'avions pas la foi.
Ceci signifie que nous n'étions pas sauvés en Jésus-Christ, ni avant notre naissance, ni avant d'avoir la foi !
Personne n'est donc prédestiné avant sa naissance par privilège divin !

Une autre image à notre porté.
L'Homme est comme un nageur en détresse, invité par un capitaine à monter dans une arche (le corps de Christ qui est l'Eglise) Navire insubmersible avec une destination préétablie ou nous pourrions dire « prédestinée » ou préétablie. (L'éternité)
Le nageur naufragé destiné à la noyade entend l'appel du capitaine, (le SAINT-ESPRIT) il ne peut monter seul dans le bateau, sans l'aide du SAINT- ESPRIT, mais reste parfaitement libre de refuser d'être sauver en montant à bord.
Toutefois s'il est convaincu par l'appel insistant du capitaine qui l'informe des conséquences de ces actes et qu'il accepte de monter dans cette arche de salut, il ne pourra en descendre qu'au terminus final !   (Les nouveaux cieux et la nouvelle terre) 
Dès l'instant où il monte dans l'arche Il se retrouve prédestiné à voyager jusqu'au terminus et en sécurité dans l'arche du corps de Christ « en Jésus-Christ ! 

Encore un fois, la foi et la repentance sont individuelles, mais le salut est collectif !

Nous sommes sauvés « en Yeshoua Ha Mashiah » (Jésus-Christ) dans l'arche de son corps, et donc en groupe ! Comme Noé et sa famille dans l'arche !
Pour reprendre l'idée du navire de sauvetage, qui serait une Arche, c'est un peu comme si nous disions que ce navire voyagera du Havre à New York en ramassant sur son passage tous les naufragés en détresse. L'objectif de ce navire serait établi, mais sans nous indiquer le nombre des naufragés.

Pour monter a bord et voyager sur ce paquebot il suffirait donc à quiconque  premièrement d'accepter d'être secouru. Ceci fait une fois à bord nous pourrions dire qu'il serait prédestiné à voyager jusqu'à New York puisqu'il n'y aurait aucune escale pour descendre. Ce naufragé n'était pas monté au Havre, mais il est sûr qu'il ne descendra qu'à New York. Parce qu'une fois à bord il n'est plus maître de son destin remis entre les mains du capitaine.

Voici donc le déroulement de ce sauvetage :
  1. Quelqu'un lui a proposé d'être sauvé  (Le Saint-esprit par l'évangélisation)
  2. Il a convenu d'être en danger de mort (convaincu de péché et désir d'être sauvé)
  3. Il a accepté d'être sauvé par ce bon capitaine (repentance il donne son cœur à Christ)
  4. Il a donné toute sa confiance (sa foi) dans le navire et son capitaine (foi confiance en Christ)
  5. Il est aidé pour monter à bord par le capitaine. (L'action du SAINT-ESPRIT)
  6. Enfin une fois à bord il est comme prisonnier de sa destination. (prédestination)
  7. Prédestiné à voyager en groupe avec tous les voyageurs jusqu'à l'arrivée !
  8. Avant d'être sauvé il n'était pas prévu ou (prédestiné) qu'il se rende à New York, mais depuis qu'il se trouve sur le bateau il l'est !

Prédestinés à être semblables à l'image de son Fils : Les sauvés par grâce, par le moyen de la foi, en vertu du sacrifice de Christ et sans les œuvres, sont donc une fois dans l'arche du corps de Christ, prédestinés depuis la fondation du monde à être semblables à Christ !
Et ne faire qu'un avec le bateau !

1 Jean 3: 2: Nous savons que quand Il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est.   
Nous serons manifestés comme fils de la résurrection Luc 20:36, comme fils de Dieu, lorsqu'il
Philipiens. 3:21 transformera le corps de notre abaissement en la conformité du corps de sa gloire.
Aucun problème pour être semblable à Christ puisque nous serons en lui !

C'est cela la joie de son salut, Dieu ne nous regardera qu'à travers l'image de son fils !
Les rachetés, sauvés, élus, et prédestinés sont tous des Saints sans exception car ils sont tous mis à part dans le corps de Christ lequel lui- même est Saint.

Traduction et gymnastique du cerveau.
Le mot français saint traduit le mot hébreu quodesh signifie = être mis à part, être consacré.
La source de toute sainteté est la sainteté de Dieu les racines de ce mot renvoient à l'idée de séparation, et de distinction. Une mise à part ou à l'écart par Dieu et pour le service de Dieu.
En Grec c'est Agios = chose très sainte, consacrée, mise à part.
En Français ce mot se confond très malencontreusement avec sain S.A.I.N qui signifie pur.

Israël est le peuple élu, et Saint parce que « mis à part », pour autant tous les hébreux qui sont élus et font partie du peuple saint, ne sont pas forcement ni individuellement, ni saint, ni sain, ni sauvé.
Un hébreu fait parti du peuple saint et élu, il est élu pour le service que Dieu attend de lui, mais n'effectue pas forcement ce service et n'est donc ni toujours saint et encore moins sain. Voir Juda par exemple et beaucoup d'autres !
En revanche les personnes d'origines hébraïques ou païennes qui ont foi en Jésus-Christ sont élus pour le service de Dieu, prédestinés à être à l'image de Christ, incorporés au Corps de Christ, et sont tous Saints car « mis à part » pour une mission. Ils sont sauvés, élus, prédestinés, avec le groupe des sauvés en Jésus-Christ et individuellement saint et sain, aux yeux de Dieu qui ne regarde que l'image de son fils !

Appelés, justifiés et glorifiés  Au verset 30: nous trouvons le lien entre les conseils de Dieu et le temps actuel. A notre naissance nous tournions déjà le dos à Dieu : Mais Dieu nous a tous appelés. (Convaincu) Nous avons dans ce passage l'acte en création de Dieu.
Romains. 4:17 Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient.   
Tout est vu ici du côté de Dieu dans l'éternité, et selon son conseil.

Car lorsque l'épître aux Romains fut écrite, tous les élus n'étaient pas encore effectivement appelés, ce qui est encore le cas aujourd'hui.
Apocalypse. 13:8 Et tous les habitants de la terre l'adoreront, (le Diable) ceux dont le nom n'a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l'agneau qui a été immolé.

Ceux qui rejettent l'appel ne sont pas écrits dès la fondation du monde et n'auront pas part à l'enlèvement ! (Apocalypse  17:8)  Car leurs noms seront effacés du livre de vie !
Effacé en 2014 aura pour conséquence de ne pas être inscrit depuis la fondation du monde puisque le livre de vie est dans la main de Dieu qui ne vit pas dans le temporel.

Psaumes 69:28  (69-29) Qu'ils soient effacés du livre de vie, Et qu'ils ne soient point inscrits avec les justes !
Psaumes 9:5  (9-6) Tu châties les nations, tu détruis le méchant, Tu effaces leur nom pour toujours et à perpétuité.
Apocalypse 3:5  Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de  vêtements blancs ; je n'effacerai point son nom  du  livre de vie…
Matthieu. 25:34 34  Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite : Venez, vous qui êtes bénis de mon Père; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde.                                                             

Le Royaume terrestre du millénium n'existe pas encore pour les humains limités dans l'espace du temps, mais il existe déjà physiquement dans la pensée de Dieu ! Exactement comme les élus prédestinés en Jésus-Christ ! Ces versets ci-dessus sont la preuve de l'absence de temps pour Dieu !
Puisqu'un individu dont le nom serait effacé du livre de vie, aurait quand même eu son nom écrit depuis la fondation du monde psaume 69 : 28 et Apocalypse 13 :8 il est donc effacé aujourd'hui, Mais est en même temps effacé depuis la fondation du monde !

Tout ceci signifie que le but de la vie terrestre pour un être humain n'est pas de se faire inscrire dans le livre de vie, mais d'éviter de si faire ôter !
Ce qui prouve que Dieu Désir plus que tout, prédestiner tous les êtres humains au salut et sans exception !

Maintenant tous ne sont pas encore appelés. 
Ce ne sera le cas qu'au jour des noces de l'agneau, Apocalypse 19 : 7 à 9 car alors la grande assemblée des enfants de Dieu sera complète. Mais dans la pensée de Dieu, elle est parfaite, et fermement établi qu'il en sera ainsi.
C'est pourquoi dans le langage prophétique Dieu en parle comme si TOUT était accompli.

Même la glorification est présentée comme déjà accomplie.
Romains 5: 2 Notre Seigneur Jésus-Christ  à qui nous devons d'avoir eu par la foi accès  à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l'espérance de la gloire de Dieu.                                                                                             
Hébreux. 10 :14 Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés»    1 Jean 4 :17 Tel il est, tels nous sommes aussi, dans ce monde 

Ici, la nature divine est placée devant nous. Dieu est Saint quant à son Etre, et irréprochable dans tous ses actes, et sa nature et il est l'Amour absolu l Jean 1:5 et 4: 8: 16 
C'est pourquoi si Dieu voulait nous avoir dans sa présence, il fallait que nous correspondions parfaitement à sa nature. Ce qui est impossible car comment des hommes souillés par le péché pourraient-ils se tenir devant Dieu ? Devant celui qui est trop Saint pour voir le péché, et qui un jour jettera tout ce qui a à faire avec le péché dans l'étang de feu !
Aussi nous a t-il élus pour que nous répondions à sa propre nature.

Lorsque nous serons auprès de lui, nous serons ainsi Saints et irréprochables devant lui et dans le même état d'amour absolu. Tout ce qui en nous rappelle encore le péché sera alors ôté.
Mais Dieu nous voit maintenant déjà ainsi.  Il ne nous voit que dans notre nouvelle vie, celle que le Seigneur Jésus nous a donnée. Et Dieu ne voit en réalité que le corps de Christ !   

1 Jean 4:17 Tel il est, tels nous sommes aussi, dans ce monde

Mais il y a une conclusion plus importante à tirer de ces versets : Il nous a élus « en lui (Christ) avant la fondation du monde».                                                                                                                

Dieu a donné au monde une représentation vivante du salut en Jésus-Christ avec l'élection du peuple d'Israël. Peuple d'Israël composé d'individus avec leur histoire leurs actes de foi et leurs erreurs qui sont pour nous des images de nos propres vies spirituelles.
Cette élection est en dehors du temps, elle remonte avant que le temps n'ait commencé, et elle est pour l'éternité ou plutôt pour l'absence de temps et non pas pour cette terre.
Le verset 3 parle ensuite aussi de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes.                                                                                                                                           

Israël de l'Ancienne Alliance est le peuple élu choisi pour cette terre Exode. 19:5; Lévitique. 25:2 et 23; Deutéronome. 7:6  Mais en Matthieu 25:34 et suivants il est dit aux brebis également : «... héritez du royaume qui vous est préparé dès la fondation du monde». Ce sont donc des bénédictions terrestres (le royaume), et elles sont ainsi en relation avec «le temps» (dès la fondation du monde). Cela fait ressortir la position spéciale qui est la nôtre.

Nous sommes dans la Nouvelle Alliance « le christianisme » qui est temporel puisqu'il a débuté avec Jésus-Christ qui est à la fois une personne physique et un corps spirituel ; la Grande Assemblée nommée QAHAL en hébreu (l'Eglise). Eglise qui est en dehors du temps. 

Une autre rectification : Jésus n'a jamais prononcé le mot église !
Il employait le mot Araméen Qahal qui signifie une assemblée.
Le mot synagogue est un mot grec qui signifie aussi assemblée.
En réalité le choix des traducteurs pour les mots, assemblée, église ou synagogue n'a été fait que dans un but discriminatoire entre Juifs et Chrétiens. C'est encore une conséquence de la doctrine du remplacement. Ce sont les traditions et les traductions qui jettent la confusion dans les esprits.

Exode 12:6  toute l'assemblée d'Israël l'immolera entre les deux soirs.
Actes 19:41  Après ces paroles, il congédia l'assemblée.
Hébreux 2:12  Je te célébrerai au milieu  de l'assemblée.
Actes 19:8  Paul entra dans la synagogue, (assemblée) où il parla librement. Pendant trois mois. Etc. IL y a beaucoup de versets du Nouveau Testament qui parlent d'assemblée à la place d'église.
Psaumes 89:7  (89-8) Dieu est terrible dans la grande assemblée des saints, Il est redoutable pour tous ceux qui l'entourent.

Ce qu'il faut comprendre c'est que la Grande assemblée de Dieu Qahal que nous appelons Eglise n'a pas débuté avec la pentecôte ; mais remonte avant la fondation du monde.
L'origine de la Grande assemblée remonte avant la fondation du monde, lorsque Dieu l'a établit en Christ, alors que les croyants n'étaient pas encore de ce monde.
Mais la Qahal (l'église) a ceci de différent qu'elle a reçu la puissance du SAINT-ESPRIT !

Voilà le mystère de notre Dieu qui n'a ni commencement ni fin.

3) Rédemption particulière : Yeshoua Ha Mashiah (Jésus-Christ) ne serait mort sur la croix du calvaire, que pour certains privilégiés ?

Matthieu 20/28 C'est ainsi que le Fils de l'homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de beaucoup.
Cette doctrine qui minimise le sacrifice de Christ, affirme que ce beaucoup indique un nombre limité de personnes. Le sacrifice de Christ serait limité aux seuls bénéficiaires de la grâce.

Mais La parole de Dieu dit tout le contraire :
Apocalypse. 22:17 Que celui qui veut prenne gratuitement de l'eau de la vie
Timothée 2 : 4 Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et viennent à la connaissance de la vérité. 
Jean 1 : 29 Le lendemain, il vit Jésus venant à lui, et il dit: Voici l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde.

1Jean 2 :2 Il est lui-même la victime expiatoire pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.
Hébreux 2 :9 Jésus, nous le voyons couronné de gloire et d'honneur à cause de la mort qu'il a soufferte, afin que, par la grâce de Dieu, il souffrît la mort pour tous.
Jean 3 :16  Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique , afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.

Et il y a un grand nombre de versets dans ce sens d'une universalité de la rédemption.

Christ est mort pour tous les hommes de toutes les époques !
Pour tous et pour quiconque croit !

Comment puis-je savoir si je suis élu ?
Remarquons d'abord que la Parole de Dieu ne parle jamais d'élection aux incrédules. 

L'écriture présente aux inconvertis leur état de perdition et le jugement de Dieu, mais aussi l'appel de Dieu à la repentance et cela en plaçant devant eux le Seigneur Jésus et son œuvre ; afin qu'ils viennent à croire.
Lorsqu'ils sont convertis et croient au Seigneur Jésus, il leur est dit qu'ils sont élus.

Comment peuvent-ils le savoir avec certitude ?
1 Thessaloniciens 1 :4-6 donne la réponse. L'apôtre écrit : Nous savons, frères bien-aimés de Dieu, que vous avez été élus,
Et voici la raison dit Paul : Notre Evangile ne vous ayant pas été prêché en paroles seulement, mais avec puissance, avec l'Esprit Saint et avec une pleine persuasion ; car vous n'ignorez pas que nous nous sommes montrés ainsi parmi vous, à cause de vous. Et vous-mêmes, vous avez été mes imitateurs et  ceux du Seigneur, en recevant  la parole au milieu de beaucoup de tribulations, avec la joie du Saint Esprit.                                                                          

Ils avaient reçu la Parole, et c'était là la preuve suffisante de leur élection !
Celui qui accepte l'Evangile obtient la paix avec Dieu, qui est la preuve de son élection.

4) Appel efficace : Les élus seraient amenés irrésistiblement à la conversion.

Jean 6 : 44 et 65 Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire; et je le ressusciterai au dernier jour (…) Et il ajouta: C'est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi, si cela ne lui a été donné par le Père.

C'est le verset le plus utilisé pour défendre l'appel irrésistible. Or, que veut dire Jésus dans ce passage ? Que l'on ne vient pas à lui comme on vient à un homme, mais que la démarche de suivre Jésus est spirituelle et doit être sanctionnée par le Père céleste.

L'Eternel n'utilise pas de charmes irrésistibles pour appeler le pécheur, il convainc !

Nous sommes appelé à un jour ou l'autre, uniquement par la prédication de l'Evangile.
L'appel est le moment où le pécheur entend l'Évangile. Matthieu 22 : 3-14; Romains 1 : 6; 8 : 30; 9 : 24; 1Cor 1 : 9,26; Galates 1 : 6; Ephésiens 4 : 4; Colossiens 3 : 15 ; 1Thess 5 : 24 ; 2Thess 2 : 14 ; 1Timothée 6 : 12 ; Hébreux 9 : 15 ; 1Pierre 1 : 15 ; Jude 1 : 1).
Cette liste de versets me semble suffisante, il y a donc un rapport direct entre l'oreille, le cerveau et le cœur du futur croyant.
Car l'Évangile est en lui-même une puissance de salut activée par l'action du SAINT-ESPRIT lors de son audition.
La preuve évidente est qu'aucun missionnaire explorateur n'a jamais rencontré de chrétien dans un endroit ou l'Evangile n'avait jamais été prêché !
Ce qui est normal puisque la foi vient de ce qu'on entend et donc qu'il faut être convaincu par les arguments tangibles vérifiables du SAINT-ESPRIT, pour croire en l'Evangile du salut !

Jean 16:8  Et quand il sera venu, il (le ST Esprit) convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement.

L'attribut du Saint Esprit est de nous convaincre de péchés et non de nous attirer par une séduction irrésistible !  (Il n'utilise pas les armes du diable !)

2 Jean 1:7  Car plusieurs séducteurs sont entrés dans le monde, qui ne confessent point que Jésus-Christ est venu  en chair.

Encore une fois il suffit de prendre le temps de lire
Si Dieu prend le temps voire des millénaires pour chercher à convaincre le pécheur, c'est qu'il ne souhaite pas violer son cœur par une séduction attirante et irrésistible.
Dieu cherche à convaincre et l'homme résiste depuis toujours ! Inutile ici de citer des versets car c'est toute la bible qui démontre la résistance des hommes à l'appel de Dieu.

         TOUTE LA BIBLE NOUS MONTRENT LA RESISTANCE AUX APPELS !
 ET TOUTES LES PAGES DE LA BIBLE NOUS INVITENT DE NE PAS RESISTER A DIEU !

D'ailleurs deux passages du nouveau testament (2Thess 1 ;8 et 1Pi 4 :17) montrent qu'il est possible de désobéir à cet Évangile et ainsi se condamner.

5) Persévérance des saints : Les élus persévéreront jusqu'à la fin dans la grâce de Dieu.

Tous ceux qui ont été rachetés par Christ, et qui ont la foi vivante provenant de l'action du SAINT-ESPRIT, sont éternellement sauvés. Ils sont gardés dans la foi par la puissance du Dieu Tout-puissant, et persévèrent donc jusqu'à la fin. Ceci est parfaitement exact !

Car leurs destinés se trouvent abandonnées entre les mains du capitaine de l'arche !
Les rachetés qui sont en Jésus-Christ et donc dans l'arche de son alliance sous la protection de Christ sont en parfaite sécurité, et peut-être un peu prisonniers de l'Amour de Dieu.

Ephésiens 3:1  A cause de cela, moi Paul, le prisonnier de Christ pour vous païens ...

D'ailleurs si nous reprenons l'image de l'arche de Noé avec Noé et sa famille composée de 8 membres nous constatons qu'aucune de ces 8 personnes ne s'est jetée par-dessus bord.
Ces huit personnes symbolisaient le salut du monde entier !

Symbolisme du chiffre 8
  • Les huit béatitudes du sermon sur la montagne. (Mt 5,3-11)
  • Les huit malédictions aux scribes et aux pharisiens annoncées par Jésus. (Mt 23,13-31)
  • Les huit phrases du Cantique de Marie. (Lc 1,46-56)
    Jésus fut circoncit son huitième jour, selon la loi établie. (Lv 12,3; Gn 17,12 et 21,4; Lc 2,21)
  • Les huit marches de l'escalier donnant au parvis extérieur du temple d'Ezèchiel. (Ez 40, 26)
  • Les huit paroles créatrices du Verbe en six jours, dans la Gen chapitre 1, versets 3, 6, 9, 11, 14, 20, 24, 26.
  • Les huit personnes qui ont été sauvées du déluge dans l'arche de Noé. (Gn 7,13)
  • Chiffre de la perfection, de l'infini.
  • Chiffre figurant l'éternité intemporelle et immuable.
Il est le symbole de la Vie nouvelle, de la Résurrection finale et de la Résurrection anticipée qu'est le baptême.

Encore un indice cette fois par les chiffres, que l'Arche du Corps de Christ n'est pas trop petit pour accueillir tous les hommes !
Conclusion

  1. C'est le peuple d'Israël image du Corps de Christ qui est Elu !
  2. C'est le Corps de Christ qui est prédestiné depuis la fondation du monde !
  3. Aucun humain n'est prédestiné ni élu avant sa naissance !
  4. Dieu est Amour il veut sauver tous les hommes de toutes les époques !
  5. L'homme est ajouté au corps de Christ et donc élu lorsqu'il devient bénéficiaire du salut par grâce et par le moyen de la foi et par la repentance !
  6. Et il ne devient prédestiné depuis la fondation du monde qu'en Jésus-Christ !
  7. Il persévère dans son salut car il est prisonnier de l'Amour de Christ !

2 Pierre 1 :5,10 à13 A cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la connaissance, (…) C'est pourquoi, frères, appliquez-vous d'autant plus à affermir votre vocation et votre élection; car, en faisant cela, vous ne broncherez jamais. C'est ainsi, en effet, que l'entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ vous sera largement accordée. Voilà pourquoi je prendrai soin de vous rappeler ces choses, bien que vous les sachiez et que vous soyez affermis dans la vérité présente. Et je regarde comme un devoir, aussi longtemps que je suis dans cette tente, de vous tenir en éveil par des avertissements…

Les chrétiens sont ici exhortés à faire des efforts, à s'appliquer, à affermir leur appel et leur élection, à rester en éveil. Leur salut n'est pas en question, mais leur récompense oui (1Corinthiens 3 :13 à15). Le chrétien ne doit pas se reposer sur les lauriers de son élection, mais « mettre en œuvre le salut » qu'il a reçu par grâce (Philipiens. 2 :12), et « marcher d'une manière digne de sa vocation » (Ephésiens 4 :1).
La différence entre un vrai chrétien, régénéré, et une personne qui s'abuserait sur sa foi, tient en ce que le vrai ne pourra plus vivre dans une vie de rébellion et de péché et s'il vient à tomber, ses troubles de conscience seront si forts qu'il devra trouver une solution !
Le faux chrétien ne sera pas gêné de mêler l'iniquité à la foi.

Mais la liberté de résister au Saint-esprit du chrétien demeure : il est appelé à lui obéir par amour pour son Dieu, et non parce qu'il a été prédestiné à cela.
C'est pourquoi le Nouveau Testament contient autant d'exhortations et d'ordre à obéir, veiller, fuir le mal, se consacrer, renoncer au monde, etc.

Ce qui caractérise le comportement d'un vrai chrétien est aussi son amour et sa recherche continuelle de la vérité pour toujours s'approcher encore plus de Dieu.

2 Thessaloniciens 2:10  Il faut « l'amour de la vérité pour être sauvés ».

Que le Seigneur bénisse votre réflexion.

L'équipe de Cantique de l'Olivier Franc

Les nombreuses approches sur le sujet. 
1) le nombre d'élus
 Augustin croyait qu'il correspondait au nombre d'anges déchus qu'ils venaient remplacer (inspiré d'Anselme).

2) la persévérance des saints : Contrairement à Calvin, Augustin ne croyait pas qu'on puisse avoir la certitude absolue de persévérer dans la foi et d'être un élu

Les semi-pélagiens menés par Jean Cassien (350-434) grandirent en influence dans le siècle qui suivit la mort d'Augustin.

 William Bright (1824-1901), qui a écrit la préface de Anti-Pelagian Treatises of St Augustin (Traités Anti-Pélagiens de St Augustin) décrit très bien la pensée de ces moines marseillais : « Considérer la prédestination des élus comme indépendante de leur conduite future, et limiter la bonne volonté de Dieu à un nombre fixé de personnes qui, ainsi choisies sont assurées de persévérer, constitue un abandon de l'ancienne théologie et des premiers enseignements de l'évêque d'Hippone lui-même [Augustin, et coupe à la racine tout effort religieux pour encourager la négligence et le désespoir.
Ils insistaient pour dire que la porte du salut devait être regardée comme ouverte à tous parce que le Sauveur était mort pour tous
 Ils croyaient en la Chute de l'homme  ils reconnaissaient la nécessité de la grâce pour que l'homme soit sauvé ; mais certains pensaient  et c'est là que l'on situe l'erreur semi- pélagienne - que la nature humaine pouvait faire le premier pas vers la guérison en désirant être guérie par la foi en Christ.
Si elle ne le pouvait pas, si le commencement de tout bien dépendait uniquement de l'action de Dieu, alors les exhortations leur paraissaient inutiles et la censure injuste, envers ceux qui n'avaient pas été les réceptacles de cette grâce et qui, en attendant, restaient impuissants et innocents en l'occurrence. » (p.54-55).
Le Concile d'Orange en 529 mit fin à la dispute en rejetant les idées pélagiennes et semipélagiennes, mais sans mentionner l'élection inconditionnelle et la rédemption particulière.
Le moine Gottschalk ou Godescalc (803-868) relança le débat en enseignant la double prédestination et en limitant l'œuvre de Christ aux seuls élus.
Son Libellus Fidei envoyé au Synode de Mayence lui valut l'emprisonnement et la torture.

Duns Scot (1265-1308), père de la théologie franciscaine, défendra à nouveau le libre-arbitre contre Thomas d'Aquin (1225-1274) qui suivra la théologie d'Augustin.

Duns Scot enseignait que l'homme, par ses bonnes œuvres, pouvait se disposer à la grâce.
Le disciple de Duns Scot, Guillaume Occam (1280-1349) ira encore plus loin en insistant sur les  mérites de l'homme à recevoir la grâce. Cela s'appelle le Nominalisme.

Jean Wyclif (1324-1384) ramènera le point de vue augustinien à l'honneur en affirmant que Dieu est l'unique raison pour laquelle les élus sont élus et les autres réprouvés.

Martin Luther (1483-1546) croyait à la prédestination des croyants mais refusait de mettre l'accent sur ce point. « Dieu ne veut pas que nous l'interrogions ou le sondions sur son dessein. C'est pourquoi il ne nous a pas donnés de révélation particulière à ce sujet, mais il renvoie tous les hommes à la parole de l'Évangile. C'est à elle qu'ils doivent s'en tenir, c'est elle qu'ils doivent écouter et connaître. S'ils croient l'Évangile, ils seront sauvés.
C'est ainsi que tous les saints ont eu et saisi la consolante certitude de leur élection et de leur salut. » (Kirchenpostille, Épitres, XII, 636).

A l'instar de Calvin, Luther croyait que l'élection était inconditionnelle, et non liée au libre arbitre  de l'homme.           Par contre, il rejetait l'idée de double prédestination, ce que Calvin défendait clairement.t (Institutions, Livre 3, chap. XXI).

Jean Calvin (1509-1564) reprit abondamment la théologie d'Augustin en rejetant la théologie catholique qui faisait reposer le salut en partie sur les œuvres de l'homme.
Calvin croyait que Dieu avait tout déterminé depuis l'éternité, le sort des élus et celui des réprouvés, et que le sacrifice de Christ était le résultat et non la cause de l'élection.
Il insistait pour dire que l'homme n'a aucune part dans son salut, que ce soit par sa volonté, par son libre-arbitre ou par ses actions. Calvin refusait l'idée d'une             « volonté permissive de Dieu ».
 Pour lui, tout ce qui arrive dans l'univers est le fruit de la volonté de Dieu. Mais il s'insurgeait contre ceux qui l'accusaient de faire de Dieu l'auteur du mal.

L'historien Philip Schaff résume ainsi la doctrine de Calvin : « Dieu a prédestiné toutes choses qui doivent arriver de toute éternité, dans le but de manifester sa gloire. Il a créé l'homme pur et saint avec la liberté de choix.
Adam fut éprouvé, désobéit, perdit sa liberté et devint esclave du péché. La race humaine en son entier tomba avec lui et demeure justement condamnée à la mort éternelle en Adam.
Mais Dieu, dans sa souveraine grâce a élu une partie de cette masse corrompue à la vie éternelle, sans considération de mérites ; il convertit les élus par sa grâce irrésistible, les justifie, les sanctifie et les perfectionne, manifestant en eux les richesses de sa grâce. En même temps, dans son insondable mais juste et adorable conseil, il laisse le reste de l'humanité dans son héritage de condamnation, et révèle dans la condamnation éternelle des méchants la gloire de sa terrible justice. » (History of the Church, vol.6, §112).
Jacob Arminius (1560-1609) reçut son éducation d'un prêtre, Theodore Aemilius, et devint un savant hollandais, professeur dans les universités de l'époque
Sa visite à Genève lui permit de rencontrer et d'admirer Théodore de Bèze, le successeur de Calvin.
Mais sa découverte de la théologie calviniste, le laissa frustré.

Certains points lui paraissaient aller trop loin. Il définit alors une autre interprétation de l'élection divine et de la prédestination, basée sur la prescience. Voici ce qu'il écrit lui- même à ce propos :
« Le quatrième décret de Dieu à propos du salut décrète de sauver et de damner certaines personnes. Ce décret est fondé sur la prescience de Dieu, par laquelle il savait de toute éternité qui croirait, par la grâce prévenante, et persévérerait par cette même grâce, selon l'administration des moyens nécessaires à la conversion et à la foi. »

Dans l'Eglise protestante hollandaise, le conflit entre arminiens et calvinistes allait en grandissant, surtout après la mort d'Arminius en 1609. C'est le roi James 1er qui, alarmé par l'influence grandissante des Arminiens, convoqua un synode œcuménique pour définir clairement les doctrines de la Réforme, le Synode de Dordrecht (1618-19).
Ce synode devait répondre directement aux 5 points appelés'la Protestation des Arminien, remis officiellement à l'Eglise Officielle de Hollande en 1610

1. Dieu élit ou réprouve les hommes par sa prescience concernant leur foi ou leur incrédulité.
2. Christ est mort pour tous les hommes mais seuls les croyants sont sauvés.
3. L'homme est si atteint par le péché que la grâce divine est nécessaire pour amener l'homme  à la foi.
4. L'homme peut résister à cette grâce.
5. Tous les croyants peuvent triompher des séductions du diable, mais le fait que les croyants régénérés persévèrent ou non jusqu'à la fin requiert une étude approfondie de la part des églises.

Le synode de Dordrecht (ou Dort en anglais) qui dura 7 mois condamna les 5 points arminiens comme 'hérésie' et fit que plusieurs disciples d'Arminius, comme Hugo Grotius, soient emprisonnés ou bannis.
De plus, il répondit avec 5 autres points réunis plus tard sous l'acrostiche TULIP.

En 1646 fut adoptée la Confession de Foi de Westminster qui développait les points cardinaux de la foi réformée. Mais à la fin du XIXe siècle, certaines églises presbytériennes d'Angleterre, d'Ecosse et d'Amérique décidèrent de l'amender, en rappelant l'amour de Dieu pour l'humanité, la responsabilité de l'homme et la liberté religieuse. - Confession de foi de Westminster (1646) Calviniste 5 points